1 octobre, 2014
Accueil » SOCIETE » CENTRE TALIBOU DABO DE GRAND YOFF « Un mouroir » des Handicapés moteurs du Sénégal
CENTRE TALIBOU DABO DE GRAND YOFF « Un mouroir » des Handicapés moteurs du Sénégal

CENTRE TALIBOU DABO DE GRAND YOFF « Un mouroir » des Handicapés moteurs du Sénégal

Les délégués des travailleurs du centre d’éducation et de rééducation pour les enfants handicapés physiques (Cerehp), affiliés au Syndicat Unique des travailleurs de la Santé et de l’Action Sociale (Sutsas) et du Syndicat Autonome de la Santé (Sas), ont tenu un point de presse, hier, à Dakar, pour montrer l’état de délabrement avancé de leur centre et dérouler leur plan d’action. Les syndicalistes exigent l’érection de ce centre en Eps et exigent que le Cerehp reste sous l’autorité du ministère de la santé.

Le centre Talibou Dabo de Dakar est le seul du genre qui accueille les enfants handicapés moteurs au Sénégal. Depuis sa création en 1981, sur initiative du Professeur Idrissa Pouye, Chirurgien orthopédiste, le centre n’a pas connu de réhabilitation. Ce centre qui a pour vocation de prendre en charge les enfants handicapés moteurs, dans le domaine de la kinésithérapie, de l’appareillage orthopédique, de l’enseignement et des soins bucco-dentaires, connait des difficultés, avec la vétusté des locaux faisant que certains services ne fonctionnent plus. D’ailleurs, explique M. Baye Djibril Faye, handicapé qui fréquente le centre depuis sa création, il n’y a pas eu de réhabilitation depuis sa création et le service de Kinésithérapie ne fonctionne pas depuis 5 ans.

Par ailleurs, les délégués syndicaux ont étalé une pléthore de revendications dont « la non prise en charge médicale des élèves handicapés, le non fonctionnement des 3 bus, l’état de dégradation des locaux, le non recrutement de personnel ». En plus de ces revendications, M Idy Diallo, Chargé de communication, annonce que les travailleurs ne veulent pas que le centre soit rattaché à la direction de l’Action sociale mais plutôt au ministère de la Santé. Aussi, les travailleurs veulent-ils une autonomie de gestion, pour que le centre devienne un Etablissement Public de Santé (Eps).

Toutefois, les délégués syndicaux affiliés au Sutsas-Sas, comptent mettre en œuvre un plan d’action à partir du mois d’octobre. Selon le Secrétaire général, Albert Mendy, ils ont prévu de ne pas travailler les lundis et les vendredis, à partir du mois d’octobre et de bloquer les bus de transport des élèves. Selon, M. Diallo « Nous exigeons l’application du décret 98-12 du 12 février 2012 qui disait que le centre Talibou Dabo et le centre de transfusion sanguine vont être érigés en centres publics de santé non hospitaliers ».

Fara MENDY (Stagiaire)

REWMI QUOTIDIEN