CEREMONIE DE DEDICACE Jacques Marie François Niang publie « Une institutrice désavouée »

 ‘’Une institutrice désavouée’’ est le titre du livre de Jacques Marie François Niang. Le roman met en relief la passion d’enseigner d’une jeune dame et évoque les réalités des Sénégalais des villages reculés.

‘’Une institutrice désavouée’’, c’est l’histoire d’une enseignante mutée dans une zone rurale. Cette décision administrative vient perturber son mariage et la conduit au divorce. Dans ce premier roman, Jacques Marie François Niang met en exergue l’autorité d’un époux sur sa femme. ‘’Tu n’iras pas dans ce village. Il est inadmissible que tu sois loin de moi, car la décision finale m’appartient.’’ Malgré ce devoir d’épouse de rester aux côtés de son mari, l’héroïne Maodo dite Madame Ndiaye, obnubilée par sa passion, défie son époux.

Elle s’en va servir dans ce village lointain du Sud du pays. ‘’J’ai été formée pour devenir enseignante’’, dit-elle. L’auteur explique que seul l’enseignement peut cautionner la liberté, la sécurité et l’indépendance de son héroïne Madame Ndiaye. Ironie du sort, une fois dans le village, l’étrangère se sent en insécurité. ‘’Dans cet univers inconnu, l’obscurité du village pendant la nuit et la présence des rebelles lui font peur’’, souligne l’auteur. Malgré cette peur qui la hante, l’héroïne ne cède pas et continue d’enseigner. Mais une désillusion l’attend, c’est l’absentéisme de ses élèves, ‘’fils de paysans et d’éleveurs’’ qui privilégient les ‘’champs et les pâturages’’.

En effet, dans le livre, l’auteur aborde le thème du désintérêt de certains villageois pour l’éducation. Mais Madame Ndiaye ne s’avoue pas vaincue et s’attelle à changer la mentalité de ces populations, en faisant un grand plaidoyer sur l’importance de l’éducation dans la vie d’une personne. Ici, Jacques Marie Niang explique que l’enseignement est un sacerdoce.

A travers les succès et les déboires de Mme Ndiaye, le roman évoque d’autres thèmes tels que les grossesses précoces. D’ailleurs, l’héroïne a remplacé un instituteur du nom de M. Guèye qui a engrossé son élève de 12 ans. Ce livre peint la réalité vécue par les Sénégalais et revient sur le mariage épistolaire. Le présentateur de l’œuvre, Abdou Salam, ancien professeur au lycée de Thiaroye, souligne qu’à la page 37 du livre, un émigré épouse une mineure. L’achat de conscience est un autre thème évoqué. Ce qui fait la particularité de ce livre, d’après Mame Marie Ndiaye, enseignante et animatrice à Radio Sénégal internationale (Rsi), c’est l’aspect cinéaste qui campe le décor dans ce livre.

Enquete

Voir aussi

KAOLACK : 29 BÉNÉVOLES DE LA KUCSS POUR APPUYER LES VOLONTAIRES DE LA KOICA

Vingt-neuf bénévoles de la Korean university council for social service (KUCSS) sont venus spécialement de …