29 juillet, 2014
Accueil » ACTUALITES » Ces hommes qui ont marqué l’actualité judiciaire en 2012
Ces hommes qui ont marqué l’actualité judiciaire en 2012

Ces hommes qui ont marqué l’actualité judiciaire en 2012

L’année 2012 aura été l’une des années les plus tumultueuses, au vu des scandales et autres faits rocambolesques qui ont fait la Une de l’actualité judiciaire. Parmi ces dossiers, l’affaire Tamsir Jupiter Ndiaye et Cheikh Yérim Seck, mais également les cas de Cheikh Béthio Thioune, Luc Nicolaï.
Double meurtre de Médinatoul Salam, Cheikh Béthio emprisonné

Le dimanche 22 avril 2012 a été un tournant décisif dans la vie de Cheikh Béthio Thioune, ce guide religieux mouride qui draine des milliers et des milliers de talibés. C’est ce jour-là que les éléments de la Brigade territoriale de Mbour venaient d’être au fait d’une bagarre qui avait éclaté entre des disciples du guide des « thiantacounes » au village de Médinatoul Salam, communément appelé Keur Samba Laobé, à Mbour. Sur place, les gendarmes vont constater à la devanture de la concession de Cheikh Béthio Thioune d’importantes traces de sang sur le sol, mais également une chemise tachetée de sang. Ils vont par la suite découvrir les dépouilles de Bara Sow et d’Ababacar Diagne, enterrés dans des fosses communes.

Cités dans cette affaire de double meurtre, Cheikh Béthio Thioune ainsi qu’une vingtaine de ses talibés, seront déférés au parquet de Thiès. Ils ont été inculpés pour association de malfaiteurs, recel de cadavres et infraction aux lois sur les inhumations, meurtre et complicité de meurtre avec actes de barbarie, non dénonciation de crime et détention d’arme sans autorisation administrative préalable. D’ailleurs, l’affaire est encore en instruction, ce qui fait que le guide des « thiantacounes » et ses fidèles tardent à connaitre le sort qui leur est réservé.

Meurtre de Ndiaga Diop : Barthélémy Dias et son histoire de « Far west »

Inculpé pour le meurtre de Ndiaga Diop, survenu le 22 décembre 2011, sous le régime d’Abdoulaye Wade, le maire de Baobab-Mermoz-Sacré-Cœur, Barthélémy Dias, aujourd’hui député à l’Assemblée nationale, bénéficie actuellement d’une liberté provisoire. Ce, après 5 mois derrière les barreaux. Il avait été interpellé dans le cadre de l’enquête sur les circonstances de la mort de Ndiaga Diop et de trois autres personnes blessées par armes à feu, le jeudi 22 décembre, suite à l’attaque des locaux de sa mairie par des nervis. Une attaque au cours de laquelle il y a eu des échanges de coups de feu et au cours de laquelle Dias fils s’était distingué en criant à qui veut l’entendre : « nous sommes au Far west… ».

Cheikh Yérim Seck coupable de viol

Juriste de formation, Cheikh Yérim Seck a été, lui aussi, sous le feu des projecteurs, mais comme prévenu dans une affaire de viol sur une jeune étudiante du nom de Ndèye Aïssata Tall. A l’issue du délibéré rendu, le 26 septembre, après son procès fleuve qui a eu lieu une semaine auparavant, il a écopé d’une peine de 3 ans de prison ferme.

Tamsir Jupiter Ndiaye et les actes contre nature

Le 12 octobre, éclatait comme une bulle nauséabonde, l’affaire dite Tamsir Jupiter Ndiaye. Une affaire de mœurs qui avait fait couler beaucoup d’encre et de salive. Cité dans une affaire d’homosexualité, Tamsir Jupiter Ndiaye, chroniqueur à « Nouvel Horizon » avait, en effet, été interpellé en même temps que Mactar Diop Diagne, un jeune commerçant connu dans le milieu des « goordjiguenes ». Déféré au parquet, ils avaient été placés sous mandat de dépôt à Rebeuss pour actes contre nature et Coups et blessures volontaires (Cbv) et réciproques.

A l’issue de leur procès qui a eu lieu, le mercredi 17 octobre, le chroniqueur et son « amant » ont été condamnés respectivement à 4 ans d’emprisonnement ferme pour actes contre nature, Cbv et détention illégale d’arme, et 3 ans de prison. Ce, avec des aveux circonstanciés des deux prévenus, malgré les déclarations de T.J. Ndiaye qui avait souligné de vive voix qu’il n’était pas un « homosexuel », et qu’il était tombé dans un piège.

Luc Nicolaï et la drogue du Lamantin

L’affaire Cheikh Luc Nicolaï, promoteur de lutte, a eu son lot de difficultés en cette année 2012. C’est une affaire de trafic de drogue dure reprochée au départ à Bertrand Touly, le Président directeur général (Pdg) de l’hôtel Lamantin Beach qui lui a valu tous ses déboires. Arrêté le 20 octobre dernier, à Kaolack, alors qu’il revenait d’un séjour en Gambie, il sera présenté au Procureur avec Abdou Khadre Kébé (chef de la Brigade des douanes de Mbour) et Pape Massiré Thiam, également douanier, ainsi que Djibril Diop et Mamadou Lamine Mbaye, deux employés de l’hôtel Lamantin Beach. L’agent Kébé et son collègue ont été placés sous mandat de dépôt pour tentative d’extorsion de fonds, complicité d’association de malfaiteurs et complicité de corruption. L’affaire est toujours pendante devant la justice.

Tamba et la route de la mort

Au chapitre des faits divers, le plus marquant de cette année aura été l’accident de la circulation qui s’est produit sur la route de Tambacounda dans la nuit du lundi 7 au mardi 8 août dernier, vers 3 heures du matin, aux environs de Kaffrine. Cet accident assimilé à une hécatombe a fait 25 morts à la suite d’une collision entre un camion chargé de charbon qui roulait dans le sens Tamba-Dakar et un bus de la société « Niokolo-Transport » qui venait en sens inverse, avec plus de 60 passagers à bord.

Le Populaire