24 avril, 2014
Accueil » FAITS DIVERS » CHAMBRE D’ACCUSATION : APRES 7 MOIS DE DETENTION L’ex-commandant de Podor et ses 3 subalternes décrochent une liberté provisoire
CHAMBRE D’ACCUSATION : APRES 7 MOIS DE DETENTION L’ex-commandant de Podor et ses 3 subalternes décrochent une liberté provisoire

CHAMBRE D’ACCUSATION : APRES 7 MOIS DE DETENTION L’ex-commandant de Podor et ses 3 subalternes décrochent une liberté provisoire

Le vent de l’arrestation, de l’inculpation et du placement sous mandat de dépôt avait, en 2012, soufflé dans le monde très strict des hommes de tenu. Forts et voilés de poussière, policiers, gendarmes et gardes pénitentiaires ont été propulsés dans la rigueur du milieu carcéral. Mais, l’année 2013 se veut plus clémente pour les pandores. Après l’ex-commandant de la gendarmerie de Sangalkam, Samba Sarr, les gendarmes de Podor vont goûter au bonheur de la liberté. La Chambre d’accusation, après 7 mois de détention, leur a accordé la liberté provisoire. L’ex-Commandant de la brigade de Podor, l’adjudant Madior Cissé et ses trois subalternes, Babacar Sarr, Racine Ndong et Mountaga Gaye vont, grâce à leurs avocats, recouvrer la liberté. Et c’est le mardi 27 août 2013 que Me Ciré Clédor Ly, Sadio Diaw et le commandant Wane ont fait face aux juges de la Chambre d’accusation pour tirer de prison leurs clients, inculpés de meurtre par le Doyen des juges. Et le commandant Wane, fervent défenseur militaire, malgré l’opération qu’il a subie dernièrement venait, selon un proche du dossier, de l’hôpital pour plaider. A la Chambre d’accusation, le commandant Wane et ses collègues ont fait savoir que «La liberté provisoire est de droit». Les mis en cause, en détention depuis 7 mois, ont présenté les éléments traditionnels de la demande de liberté provisoire. Ils sont partis du fait que les inculpés soient «délinquants primaires ayant subi la très longue détention» du fait «qu’il n’y a aucun risque de trouble à l’ordre public ou de subordination de témoin» du fait «que les gendarmes sont mutés au niveau de Dakar et sont sous la direction de leur commandement».

«L’ex-commandant de Podor Madior Cissé a pris sa retraite en prison»



Aussi, souligne une source très au fait de ce dossier : «Ils ont pris l’engagement de ne pas s’approcher de la zone du Fouta. Ils ont depuis le début regretté cet accident survenu au cours d’une manifestation.» Des arguments qui ont fini par convaincre la Chambre d’accusation. Mais, le plus malheureux de cette histoire, à part la famille des victimes, c’est le commandant Madior Cissé. «C’est dans les liens de la détention qu’il est parti à la retraite», se désole le même proche. La pire des sanctions pour un homme de tenue. «Il en souffre. Il a servi loyalement son pays. Il voulait prendre la retraite avec la tenue, mais c’est en prison qu’il a décroché» a, avec regret, bourdonné un de ses proches. Et c’est le double meurtre de l’élève Mamadou Sy et de la septuagénaire Bana Ndiaye, atteints par les «balles assassines des gendarmes» lors d’une manifestation de protestation contre la validation de la candidature de l’ex-Président Abdoulaye Wade, manifestation organisée par la section M23 de Podor et qui l’a coulé.

L’Observateur