thCAGG5PU0

Charlatanisme et viol Un marabout envoute, engrosse une femme et déclare être fou d’elle

 Une affaire de charlatanisme et viol a atterri, hier, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Renvoyée jusqu’au jeudi prochain pour la production d’un élément sonore, cette afaire met aux prise un marabout, la victime et sa mère, entendus par le juge. Le marabout aurait atteint mystiquement la femme, avant de la violer.

Les juges du tribunal des flagrants délits de Dakar ont ouvert, hier, le dossier de Badara Diouf, poursuivi pour charlatanisme et viol. C’est pour le renvoyer jusqu’au jeudi prochain pour la production d’un élément sonore. Mais auparavant, les différentes parties, notamment, le marabout, la victime et sa mère ont eu à relater les faits. Entendue par le tribunal, la plaignante a expliqué qu’elle a été mise en relation avec le marabout pour des prières. «J’avais expliqué au marabout que j’aimais mon copain et je voudrais qu’il formule des prières pour que nous nous marrions. Ainsi, m’a-t-il donné des bains à faire, entre autres, recommandations mystiques. Mais, mon mec s’est finalement marié avec une autre femme», a-t-elle déclaré, précisant qu’elle est retournée voir le marabout, dans l’optique d’avoir un autre mari. «Mais, Badara Diouf m’a indiqué que les prières ne sauraient être exaucées, tant que je n’aurais pas couché avec lui. Ainsi, m’a-t-il remis d’autres bains à faire. Par la suite, on a entretenu des relations sexuelles, en l’absence de sa femme», poursuit la plaignante qui se dit comme si envoutée, au moment des faits. La maman de la victime, voyant que sa fille était malade, lui a ordonné d’aller à l’hôpital pour consultation. Et, après une échographie, le médecin diagnostiquera une grossesse.

Badara Diouf, prévenu : « Je dois avouer que l’aime fort c’est pourquoi… »

Tout de blanc vêtu, le mis en cause a tout reconnu, confessant son brûlant amour pour la plaignante. «Puisque son copain s’est marié avec une autre et que moi je l’aime, j’ai fait des prières pour qu’elle tombe amoureuse de moi. Par la suite, je l’ai draguée et elle est devenue ma copine. Ainsi, a-t-on eu à entretenir des relations sexuelles qui aboutirent à sa grossesse. Toutefois, il soutient mordicus que les choses se sont passées naturellement et que la victime n’a pas été envoutée. «Elle a été consentante. C’est la raison pour laquelle, je n’ai pas hésité à payer les frais d’hôpitaux, lorsque j’ai appris qu’elle était enceinte. Je dois avouer ici devant votre barre que j’aime la femme», a persisté le prévenu. Entendue en qualité de témoin, la mère de la victime a indiqué que sa fille lui a avoué que c’est le marabout Badara Diouf qui l’avait violée. «Lorsque je suis allée voir ce dernier, il a reconnu sans ambages les faits, arguant qu’il l’aime de tout son cœur. Il a également reconnu avoir atteint mystiquement ma fille, avant de commettre son acte», a dit la dame. Selon elle, le marabout devait utiliser la procédure normale pour demander la main de sa famille. La mère de la victime confie avoir enregistré leur conversation. Ainsi, le tribunal a-t-il jugé nécessaire de renvoyer l’affaire, jusqu’au jeudi prochain, pour la production de l’élément sonore (Clé Usb) qui a été mis sous scellé.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …