Accueil / ACTUALITES / Chavirement à Saint-Louis : Des blessés et des dégâts estimés à 120 millions

Chavirement à Saint-Louis : Des blessés et des dégâts estimés à 120 millions

Cinq pirogues et leurs équipages ont chaviré dans la nuit de dimanche à lundi, au large de la Langue de Barbarie, à Saint-Louis, faisant des dégâts matériels estimés à 120 millions de francs CFA.

 Pape Diop, porte-parole de l’Union nationale des pêcheurs artisanaux du Sénégal (UNAPAS), a informé que cinq pirogues ont chaviré à Saint Louis dans la nuit de dimanche à lundi. Selon lui, l’accident est survenu lors d’une forte houle et a entrainé l’échouage de plusieurs pirogues.Il a réitéré l’appel lancé par les pêcheurs de la Langue de Barbarie au Chef de l’Etat, MackySall, pour un dragage rapide de la brèche sur l’embouchure du fleuve Sénégal, de manière à assurer ainsi la sécurité des pêcheurs. Ces pêcheurs n’ont que la pêche comme activité pour subvenir aux besoins de leurs familles.Pour Pape Moustapha Ngom, responsable de la surveillance des côtes de la zone nord, les pêcheurs doivent aujourd’hui observer et respecter les alertes météo, afin d’éviter les risques en mer. A l’en croire, tout au long de la zone de pêche des côtes de Saint-Louis, des drapelets jaunes sont déployés pour ‘’attirer l’attention des pécheurs, afin d’éviter toute aventure en mer en ce début de semaine, car l’alerte de la météo fait état de risques et dangers’’.Là où est un drapelet vert, cela veut dire qu’il n’y aucun danger, tandis que le drapeau jaune ‘’avertit sur d’éventuels dangers et le rouge interdit systématiquement toute aventure en mer en cette période de houle forte’’, a-t-il ajouté.Les acteurs de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage, de la région de Saint-Louis ont été sensibilisés mercredi dernier à l’utilisation des données météorologiques.Saint-Louis a abrité en effet une formation initiée par l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) dans le cadre de la coopération entre l’Organisation mondiale de la météo et la FAO. Il s’est agi de renforcer la résilience des communautés et d’appuyer les pays en développement face aux effets et impacts des changements climatiques, avait expliqué Awa Touré Diop, une responsable de l’ANACIM. »Les populations vivent et ressentent les impacts des changements climatiques et aujourd’hui, il est temps de réagir et de les organiser pour qu’elles soient mieux résilientes, avec l’utilisation des informations climatiques qui sont diffusées par des systèmes d’alerte précoce par messages SMS et autres canaux d’information’’, a-t-elle indiqué.

 

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Communiqué du Conseil des ministres du 12 décembre 2018

Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des ministres, mercredi 12 décembre 2018 à …

Une très bonne nouvelle pour les militants de Gadio

Accusé puis blanchi dans le procès Ho, Cheikh Tidiane Gadio peut désormais rentrer tranquillement au …