Accueil / POLITIQUE / Cheikh Alassane Sène : « Macky incarne la famille, le parti avant la patrie »

Cheikh Alassane Sène : « Macky incarne la famille, le parti avant la patrie »

Le leader du Mouvement Daj Depp, Cheikh Alassane Sène, candidat déclaré à la prochaine présidentielle, a été, ce samedi, l’invité du Grand Oral. Devant Fatou Thiam Ngom sur les ondes de la 97,5 Rewmi FM, il est longuement revenu sur les sujets d’actualité avant de décliner les raisons qui l’ont poussé à se lancer en politique.

 Tabaski célébrée dans la division au Sénégal.

Je suis touché par la souffrance des Sénégalais durant cette fête. D’abord avant de parler de cette division qui dure, il faudra dans un court terme trouver des solutions pour aller vers une seule Tabaski ou une seule Korité. Cela demande une concertation et revoir comment marche cette cellule chargée de scruter la lune. Aujourd’hui, en plus de faire confiance à ses membres, il faut intégrer les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cela va faciliter les manières de scruter la lune, mais aussi essayer de trouver des solutions pour nous harmoniser avec toute la Ummah du monde. Cela contribuera davantage à la cohésion sociale, mais aussi cette division qui vraiment perdure et qui, aujourd’hui, émeut l’ensemble des populations. Elle émeut aussi, cette décision, la plus haute hiérarchie dans la religion musulmane. Car, nous avons constaté que c’est un problème sensible. Il va falloir être autour d’une table et trouver des solutions définitives. Avec la volonté de Dieu, je pense que nous pouvons y arriver.

Le laxisme de l’Etat

Il faut aussi dire que le laxisme de l’Etat est noté dans tous les domaines. Le laxisme de gérer l’Etat, le laxisme dans la manière de gouverner le pays, le laxisme dans la cohésion sociale. Le tissu est aujourd’hui déchiré parce que celui qui incarne l’Etat ne peut être au-dessus de la mêlée. C’est malheureux de le voir être dans des détails et s’éloigner de jour en jour de ce pourquoi il a été élu en 2012. Le Président Macky Sall a été élu pour incarner l’espoir de tout un peuple. En 2012, les Sénégalais voulaient se séparer du régime de Wade. Macky Sall était porteur d’un projet innovant mais, une fois à la tête du pays, nous nous sommes rendu compte que le Président de la République s’est décalé totalement de ce pourquoi les Sénégalais avaient porté espoir en lui. En plus de cela, nous nous sommes rendu compte que le Président Sall, de jour en jour, excelle dans le reniement de la parole donnée. En plus d’exceller dans le reniement de la parole donnée, le Président de la République se décrédibilise. Il a parlé lors de la tabaski de la révolution Torodo de 1776 qu’incarnait Thierno Souleymane Baal. Oui, le Sénégal a connu cette révolution 13 ans avant la révolution française de 1789, mais le Président Sall est passé à côté en prenant cet exemple puisque les recommandations de Thierno Souleymane Baal étaient d’abord la patrie avant le parti. Aujourd’hui, nous nous sommes rendu compte que le Président incarne la famille, les amis, le parti et oublie la patrie. Et c’est cette patrie meurtrie qui veut aller vers le changement. C’est cette patrie que j’ai rencontrée en faisant 30.000 km vers l’intérieur du pays. Je me suis rendu à Fayako, à Mbane, à Sibassor, à Tambacounda, etc. et partout où je suis allé, la situation est catastrophique. Elle est désolante et la famine s’est installée dans tout le pays. Par ailleurs, à un kilomètre du Palais, il y a pénurie d’eau, à deux kilomètres il y a délestage et partout dans le Sénégal il y a la famine. C’est dire que le modèle de gestion incarné par le Président de la République a failli. Après 58 ans d’indépendance, il nous faut aller vers des projets innovants. Il nous faut aller vers de nouveaux paradigmes. Il nous faut une nouvelle république.

Le parrainage

Je suis obligé de répondre à l’appel du Ministre de l’Intérieur, aujourd’hui, pour le démarrage de la collecte des signatures. Car, le Président de la République a fait un forcing nous imposant aujourd’hui ce parrainage. Certainement je suis un candidat indépendant et on me demandait de collecter 10.000 signatures, mais aujourd’hui, nous en sommes arrivés à 52.000. Le Président Sall a peur de perdre le pouvoir. A 6 mois des élections, les renseignements généraux ont certainement dû dire au Président de la République attention, le peuple à qui vous allez tendre la main le 24 février 2019 est en colère. Ce peuple souffre et ce peuple veut une nouvelle alternance. Ce parrainage dont vous parlez, même si je n’y vais pas, peut-être que je vais y envoyer quelqu’un qui se chargera de défendre la position de notre mouvement qui porte ma candidature. En même temps, nous avons mis en place un dispositif qui nous permettra dans un court, moyen et long terme, de collecter les 52.000 signatures. Ma position, comme l’ensemble de l’opposition, est que je suis contre la manière dont le parrainage a été instauré.

Pourquoi je me suis lancé en politique

C’est durant les 13 mois d’incarcération que cela m’est arrivé. J’ai beaucoup réfléchi sur la situation dans mon pays. Je suis un candidat de la conciliation. Vous savez que depuis l’indépendance jusqu’à nos jours, il y a eu tellement de règlements de compte politiques dans ce pays, tellement d’acharnements, tellement de chasses aux sorcières. Je veux faire table rase autour de cette question de liquidation d’adversaires politiques. Je veux que les Sénégalais, d’où qu’ils puissent être, puissent exaucer leurs vœux. Il faut qu’on se préoccupe de sortir les Sénégalais de la misère. Il n’est pas tolérable que le Sénégal puisse être parmi les 25 pays les plus pauvres et les plus endettés au monde. Nous devons y trouver une solution et c’est la raison pour laquelle j’ai proposé qu’au soir du 24 février 2019, que nous puissions ensemble proclamer notre indépendance économique. Et faire en sorte que nous puissions aller vers une solidarité que j’appelle la solidarité triangulaire.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Casamance: Macky reporte sa visite

Le Président Macky Sall était annoncé à Ziguinchor le 27 septembre pour inaugurer la route …

Parrainage: Diène Farba Sarr accusé de sabotage

Les jeunes et cadres de la mouvance présidentielle de Sibassor dénoncent l’attitude du coordonnateur départemental …