Accueil / ECONOMIE / Cheikh Oumar Hann maire de Ndioum sur le Pse «Macky Sall a permis à la vallée du fleuve Sénégal de souffler»

Cheikh Oumar Hann maire de Ndioum sur le Pse «Macky Sall a permis à la vallée du fleuve Sénégal de souffler»

 Le maire de Ndioum, Cheikh Oumar Sarr, par ailleurs, directeur du Coud, a accordé une interview au correspondant de Rewmi quotidien sur les grands   chantiers qu’il compte réaliser dans sa commune, mais également, sur le plan Sénégal émergent, l’un des programmes phares du chef de l’Etat, Macky Sall. Entretien !

En tant que maire de Ndioum, quels sont vos grands projets ?

La commune de Ndioum est une ville que nous voulons développer, de concert avec les populations. C’est une commune en perpétuelle mutation. Ndioum a été créée en 1991. Déjà, nous avons entamé des travaux dont certains sont financés par l’Etat et d’autres par  la  commune. Pour les travaux déjà réalisés, il y a le pont de Ndioum,  une vielle doléance des populations.  Il y a aussi, avec l’appui du MCA, la réalisation de la route de Richard-Toll_Ndioum. Nous sommes en train aussi d’aménager les terres, en collaboration avec la Saed. Ensuite, il y a des financements pour les femmes. Je viens d’avoir, avec le soutien du ministère du développement local, un financement estimé à 200 millions de francs Cfa, pour accompagner les femmes de la commune de Ndioum, qui participent activement au développement de la commune.

Et pour l’éducation, que comptez-vous faire ?

Nous entamons aussi des projets pour soutenir les élèves dans la commune. Nous allons les assister dans le cadre d’un projet en audiovisuel. Nous soutenons aussi les personnes démunies. Les daaras ne seront pas en reste, car la religion joue un rôle essentiel dans le Fouta, berceau de Cheikh Oumar Foutiyou Tall et de beaucoup  d’érudits. Dans une bonne partie de notre programme, nous allons appuyer les écoles et la commune a dégagé une enveloppe de 14 millions.

Quel est l’apport du Fouta pour l’atteinte aux objectifs du Plan Sénégal Emergent ?

Dans l’île à Morphil, le Sénégal a tout ce dont il a besoin pour son développement. C’est un exemple que je vous donne pour vous dire que l’atteinte de l’autosuffisance en riz est possible en 2017.  L’eau coule en abondance et la ressource humaine est disponible. Le président a un programme d’équipement agricole. Si cela est disponible, il est possible d’atteindre, même avant cette date, l’autosuffisance en riz. Les délais du Pse sont très bons. Maintenant, il faut que les populations soient informées des potentialités et qu’elles prennent conscience de l’importance de nos terres.

Ousseynou DIOP

À voir aussi

LE CHIFFRE D’AFFAIRES DU PAD PASSE DE 28 A 45 MILLIARDS Dr Cheikh Kanté fait mieux que ses prédécesseurs

Au bout de presque cinq ans, l’actuel directeur général du Port autonome de Dakar a …