Accueil / ACTUALITES / Chronique- Et si on en parlait… Cassez-vous, Messieurs de BBY!

Chronique- Et si on en parlait… Cassez-vous, Messieurs de BBY!

 Votre devoir est fait depuis longtemps. Vous avez installé le Prince sur le trône. Et trois ans durant, vous avez veillé à ce que personne ne le dérange, même si, pour l‘occurrence, vous avez aliéné votre propre liberté, sur l’autel de petites ambitions épicières.

Vous avez avalé bien des couleuvres, au nom de la solidarité gouvernementale, aux relents parfois pestilentiels. Et vous vous êtes abstenus, plus que nécessaire, de critiquer les jeunes erreurs politiques du parti au Pouvoir, de peur de fâcher ou d’être indexés.

Mais à présent que semble se perpétrer l’assassinat de la démocratie sénégalaise, avec toutes ces lois liberticides que vous avez cautionnées, n’avez-vous pas l’impression de nourrir nos pires craintes pour l’avenir?

Voulez-vous, de votre passage au Pouvoir, nous laisser que des souvenirs douloureux que continuent de rappeler les amendements Niadiar Sène, Moussa Sy ou Ibrahima Ezzan, alors que vous vous êtes tous abreuvés aux fontaines généreuses des Assises Nationales et de la Cnri ?

Pour l’instant, en tout cas, votre attitude ne laisse fleurir que suspicion. Le temps de l’introspection est venu. Si vous n’êtes pas déjà pris en otage par les prébendes et les carrières, rien ne montre que vous envisagez sérieusement de travailler à consolider votre  coalition sur la base d’une plateforme programmatique renouvelée, et basée sur la concertation entre acteurs d’égale dignité.

Vous donnez plutôt l’impression de vouloir continuer à miser sur le chantage, les combines, les strapontins et situations de rente, pour rester en vie…et en ville.

Ce qui serait très dommage, quand on sait que l’histoire s’avance masquée, mais finit toujours par se dévoiler.

Le Piroguier

Share This:

À voir aussi

ATTAQUE DE TOUTES PARTS, Y COMPRIS DANS SON CAMP Aliou Sall, le ventre mou du « Macky »

Aliou Sall ne cesse d’être au centre des polémiques de toutes sortes depuis l’arrivée de …