téléchargement

Chronique- Et si on en parlait…Dire nos quatre vérités aux frères arabes du Maghreb

Le vendredi 20 juin dernier, vers deux heures du matin, l’hôpital Hassan II de Fnideq, ville frontalière avec Sebta, a reçu quatre ressortissants sénégalais qui venaient juste d’être passés à tabac. Les auteurs de ce crime étaient quinze Marocains qui leur ont également volé la somme de 3000 dh et des Smartphones.

Il y a deux jours, le deuxième conseiller à l’Ambassade du Sénégal en Tunisie, Ousmane Fall, a été brutalisé par la police à l’aéroport de Tunis. Il avait eu un différend, avec un chauffeur de taxi tunisien qui lui avait exigé de payer plus que ce que le compteur affichait. «Il leur avait montré sa carte diplomatique et sa carte d’accès à l’aéroport, mais ils n’ont rien voulu savoir.»

Au moment où vous lirez ces lignes, en Algérie, la région de Ghardaïa connait des affrontements récurrents entre deux communautés depuis fin 2013, simplement parce que des arabo-berbères en veulent à des noirs (dont des migrants africains) qu’ils taxent de squatteurs et d’alcooliques.

Jusqu’à quand ? Devons-nous toujours  continuer à payer pour la couleur de notre peau et prendre notre mal en patience, en sachant que pour toute réaction, nos autorités vont encore s’indigner «dignement», avant de laisser passer l’orage ?

Trop c’est trop. Si dans des pays comme le Royaume chérifien, des décisions avaient été prises à l’encontre de la France, quand le patron des services secrets avait été interpellé par le quai d’Orsay pour enquête, la moindre des choses aurait été  de convoquer tous les ambassadeurs du Maghreb pour leur tenir un langage de vérité.

Les simples récriminations et pleurs d’un Mankeur Ndiaye ou d’un Souleymane Jules Diop, ne suffisant plus, qui seront les prochaines victimes ?

Le Piroguier

Voir aussi

telechargement-6

INSECURITE ET SERIE DE MEURTRES Oumar fait … Maal aux Sénégalais

Le sang jaillit, coule et coule encore. Les esprits et les regards des citoyens sont …