Mise en page 1

Chronique- Et si on en parlait… Hécatombe du Bac : C’était prévisible !

Il n’y a pas trois jours, Mary Teuw Niane, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, affirmait  qu’il est impossible pour le Sénégal d’être émergent avec 150 000 étudiants, et qu’il faut au moins 5 fois plus, pour prétendre atteindre un tel objectif, dans une vingtaine d’années.

Aussi, préconisait-il  d’augmenter considérablement le nombre d’étudiants dans notre pays, en nous faisant savoir, au passage, que les pouvoirs publics s’étaient inscrits dans cette dynamique, en prenant l’option de multiplier les institutions universitaires.

Mais…le Ministre avait-il parlé trop vite ? Ou alors, ignorait-il, tout plénipotentiare qu’il est, que cette année avait été déclarée, plus ou moins, blanche, depuis mai dernier, aussi bien par les potaches que par  leurs professeurs ?

Depuis que les résultats du bac commencent à tomber,  en tout cas, c’est presque partout la catastrophe dans toutes les régions  du pays. Ils ne sont fameux nulle part. Selon même certains enseignants, ce serait une grande surprise de voir le taux de réussite  dépasser les 10%, en comptant avec les candidats déclarés admissibles, qui devront passer les épreuves du second tour.
Les responsabilités ? Elles sont faciles à situer, cette fois. Elles sont du côté des autorités qui ont mal géré les grèves, en faisant trop de promesses qu’elles ne pouvaient pas objectivement tenir, mais elles sont aussi du côté des enseignants qui ont sacrifié leur patriotisme sur l’autel des revendications salariales, des rappels et des commodités liées à l’exercice de la fonction, sans trop tenir compte des réalités du pays. Nous avons assez de syndicats d’enseignement au Sénégal, mais tous parlent le seul et unique langage…. d’avantages matériels.

Passer donc tous ces problèmes à la loupe, avant la réouverture des classes devient une urgence vitale. Car  une répétition de la situation que nous avons vécue cette année, serait un aveu d’échec que tous devront partager.

Le Piroguier

Voir aussi

KAOLACK : 29 BÉNÉVOLES DE LA KUCSS POUR APPUYER LES VOLONTAIRES DE LA KOICA

Vingt-neuf bénévoles de la Korean university council for social service (KUCSS) sont venus spécialement de …