moubarak-lo4993

CHRONIQUE Et si on en parlait… Moubarak sort du …Lô

Moubarak Lô ! Oh diantre ! Que n’a-t-il dit contre la politique de Macky Sall en donnant surtout au PSE l’apparence totale du néant. Et sans aucune rémission, il réintègre son régime par la porte de la Primature après lui avoir fait boire jusqu’à la lie toutes les agonies de l’impertinence et de l’inanité. Il devient ainsi un Conseiller vraiment très spécial du Premier ministre.
Moubarak Lô a surpris. Jusque-là, il dégageait l’image d’un patriote intégral et d’un technocrate désintéressé en marge des sornettes du pouvoir. Ses critiques contre la politique menée par Macky Sall ont été d’une acerbité torride et couronnaient même le PSE d’une tiare d’inefficacité.
Ne s’est-il donc pas joué de l’opinion publique et du régime ? Ses diatribes contre le pouvoir n’étaient-elles pas que des appels du pied ? Il se susurre qu’il considérait une nomination à un poste de ministre comme un acte de légitimité qui adouberait sa participation à l’avènement de Macky Sall à la tête de l’État. Mais il n’eut qu’un modeste bureau de Directeur de cabinet adjoint du président de la République, avant de se voir contrarié jusqu’à la porte de sortie.
En guise de réplique, il investit l’espace public et les médias assommant le régime de Macky Sall en lui déniant toute pertinence dans sa politique économique et sociale. Et le revoilà virevolter et intégrer le cabinet du Premier ministre dont l’une des missions principales est de conduire la politique du PSE que lui, Moubarak Lô, n’a cessé de dépouiller.
Mais son revirement n’est qu’une confirmation de la nature même de l’espace politique sénégalais qui a tout d’un carnaval de Rio : les acteurs qui l’animent ne sont que des comédiens qui portent des masques. Et dans ce jeu comique, les apostasies sont toujours en joie devant l’épanouissement hideux des reniements et l’entrée triomphaliste des proscrits dans une Institution.
Certains acteurs du jeu politique sénégalais ne sont, en fait, des prestidigitateurs du chantage qui épient des avantages. Et chaque fois les masques tombent après les rencontres clandestines et les médiations confidentielles fomentées à l’insu absolu des citoyens utilisés toujours comme des broutilles pour solder subtilement des comptes.
En réintégrant le régime qu’il diabolisait durant toute l’année 2015, Moubarak sort du lot des encagoulés qui ne cessent de jeter du sable sur le pouvoir, ce pouvoir que Moustapha Cissé Lô appelle en toute honnêteté une calebasse de miel.
Ils sont très nombreux ces politiciens qui ne sont animés d’aucun désintéressement patriotique, n’étant d’aucun programme et n’étant animés par aucune vision. Pour eux, la politique, c’est d’un côté l’opposition, espace de bouillonnement difficile, et de l’autre, le pouvoir détenteur de l’avoir. Entre les deux, il faut choisir même s’il faut faire abdiquer l’honneur et donner le sceptre à la forfaiture.
Et la forfaiture est de se proclamer serviteur du bien public et patriote après avoir trainé dans la boue de l’abjuration et de la dénégation le régime politique qu’on finit par rejoindre ou par réintégrer.

Le piroguier

Voir aussi

direc

[SUIVEZ EN LIVE HD] : Ouverture de la 5ème édition de l’Université Républicaine de la COJER à Saly Portudal