30 juillet, 2014
Accueil » POLITIQUE » CHRONIQUE : « Macky-riz-thé »
CHRONIQUE : « Macky-riz-thé »

CHRONIQUE : « Macky-riz-thé »

Rewmi.com – Si l’on questionne l’inquestionnable et le jusque-là inquestionné, quel est le leader d’opposition qui a battu campagne sur la charte des assises nationale. Comment peut-on appliquer l’inexplicable – un programme qui ne figure point dans son programme du premier tour – ? Le programme pour lequel les sénégalais lui ont donné le ticket pour le second tour est pour un autre Sénégal. Meilleur que sous Wade. Le probable quatrième Président n’a pas perdu du temps pour engager la batille du second tour. Bien avant la publication officielle des résultats par le Conseil constitutionnel, Macky Sall, comme gagné par l’euphorie et l’inexpérience, s’est lancé dans une série de promesses tel le père noël pour toutes les couches. Si l’on s’accorde, à dire que la voix est une instance de fécondation, dés lors il pourrait se définir comme un contrôle social de la parole. Pour dire, en définitive que le respect de la parole donnée reflète souvent notre personnalité. Et, dans un cas de figure – engagement aveugle pris par Macky Sall devant les assises et le peuple- les batteries de promesses risquent de faire déchanter. Une batterie de désillusion en perspective. Sur la question de la demande sociale, il s’est engagé à réduire les prix du riz, de l’huile, bref des denrées de première nécessité. Ce qui veut dire que les importateurs de riz vont se frotter les mains et, les caisses du trésor dans la débandade. La seule solution résidant à réduire, ne serait-ce que le riz, la subvention sera énorme et étouffante pour les finances publiques. Encore que les gardiens de nos sous voient les cheveux blanchir avec la facture d’énergie. Le rythme de consommation du riz est inégalé dans notre pays car étant la base principale de nourriture. Déjà, les prix du riz et de l’huile augmentent, comment le futur Président comptera-il faire ? Aura t-il les coudées franches avec cette surveillance des instances financières internationale comme le Fmi et la banque mondiale ? Pour le thé, aussi, le cours mondial vient de connaitre une hausse considérable. Comme, pour dire que le climat est à la hausse généralisée des denrées trop prisés. En attendant, son adversaire libéral garde jalousement ses batteries. Se gardant de se lancer à l’aveuglette, car sachant nettement l’exigence et la forme actuelle de rappel des promesses. Wade, en vieux routier, sait que sa redoutable arme de proposition d’une continuité de ses œuvres visibles, des quinze mille jeunes recrutés dans la fonction publique, la case des tout-petits, l’augmentation multiples des salaires, etc… peut être fatale pour son adversaire. Mais faudrait-il, aussi pour sa gouverne, qu’il donne des garanties solides pour convaincre les abstentionnistes. Cette mine d’or dont on ne saurit prédire son comportement.

Par Pape Amadou Gaye