Clin d’œil- Encore une histoire d’argent

Aida Mbodji soupçonne un détournement d’argent de l’autre côté des libéraux du Parlement. Fatou Thiam réplique. Mais d’un côté comme de l’autre, et comme c’est de coutume du côté du Pds, toutes les querelles ont pratiquement pour matrice principale une histoire de butin.

Finalement, il appert que le jeu politique sénégalais, pour l’écrasante majorité des acteurs, est une grande question de pécules. Wade a déjà habitué les libéraux à l’argent de sorte que personne, parmi eux, ne se plaignait et ne se plaint encore. Comptes bancaires, bourses, portefeuilles à conserver, tout renvoie au Pds à des sinécures et des escarcelles. Des divergences d’orientation idéologique, de vision politique et d’options de combat auraient été plus honorables pour d’honorables députés que des querelles de besaces.

En politique, c’est comme s’il suffit de se mettre à la table du pouvoir pour manger le Sénégal afin de se draper du manteau d’homme d’État ou de grand dirigeant.

Le débat soulevé sur une disparition ou non de cotisation, en somme d’argent, est indigeste. Le regard d’un député devrait plutôt s’orienter sur les grandes questions sociales qui pèsent lourdement dans le train de vie national que sur de courtaudes enveloppes destinées à des permanents ou à une gestion clientéliste. C’est poser un obscur clin d’œil à l’adversaire.

Domou rewmi

Voir aussi

GAMBIE Un Etat, deux Présidents

C’est désormais officiel depuis hier. Adama Barrow est devenu le nouveau Président de la Gambie. …