téléchargement (6)

Clin d’œil- Michel Rocard est mort : un bel esprit s’éteint

En France, il fut Premier ministre populaire. Il fut surtout un homme d’État doublé d’un homme politique ayant une haute vision de l’action politique. Il fut d’une rare qualité et d’un charisme envoûtant auréolé d’un débit vocal qui captive l’esprit et lui impose une attention.

Aujourd’hui, il est mort et a le mérite historique de n’avoir jamais vendu son âme. Socialiste pas comme ceux des temps modernes et totalement différent de ses camarades d’ici, il était inextricable à ses convictions comme un lierre dans son attachement.

En politique, il avait le sens des mots, le goût des concepts, la passion de l’innovation et l’amour du sacerdoce. Les débats d’idées l’enthousiasmaient. Le dialogue social l’exaltait car il était un militant socialiste épris de réformes parce qu’étant un réaliste lucide qui a toujours lutté pour la justice sociale et l’avènement d’un nouvel ordre social.

Aujourd’hui, l’homme est mort laissant en France et en Afrique, particulièrement au Sénégal des socialistes perdus avec à leurs têtes des responsables politiques égarés et atrophiés par les délices d’un pouvoir sans orientation idéologique précise, sans destination politique nette et sans base  cohérente.

Michel Rocard a vainement agi pour une action politique civilisée, finissant tristement par constater que « la politique est déguelasse parce que les hommes qui la font la rendent déguelasse ». Aujourd’hui, il suffit de regarder ce qui se passe au Sénégal pour s’en convaincre.

La rocardie est  ainsi une anthologie de réflexion à réviser inlassablement.

Domou rewmi

Voir aussi

telechargement-1

AFFAIRE DES APPARTEMENTS DE PARIS La justice française tranche en faveur de Karim et Bibo

L’Etat du Sénégal a été débouté, hier, par la 32ème chambre du tribunal de grande …

One comment

  1. Un vrai raciste. Rappelez vous de sa célèbre phrase  » la FRANCE NE PEUT PAS ACCUEILLIR TOUTE LA MISÈRE DU MONDE » il s’adressait aux Sénégalais qui arrivaient en ESPAGNE par pirogues et dont certains avaient manifesté le désir d’aller en FRANCE