Accueil / Education / Clôture du Cames:Marie Teuw Niane invite les états membres à s’investir dans l’autofinancement

Clôture du Cames:Marie Teuw Niane invite les états membres à s’investir dans l’autofinancement

La clôture de la 33e édition du Conseil des ministres du Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (Cames) a été une tribune pour le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, d’inviter les États membres à s’investir dans l’autofinancement et la recherche de financements alternatifs pour le bon fonctionnement de l’institution. Selon Mary Teuw Niane, la contribution financière des États  permettra au Cames d’assurer l’exécution de son plan stratégique de développement.«Nous ne ménagerons aucun effort afin que les contributions annuelles des États soient payées et que les arriérés soient apurés», a déclaré l’ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, qui indique que ceci permettra à l’institution de réaliser convenablement ses missions et de soutenir davantage les États dans l’exercice de leurs fonctions. «J’ai lancé un appel pour que les pays qui ont des retards dans les cotisations puissent se rattraper et se mettre à jour», indique le Pr Mary Teuw Niane. A l’en croire, le problème des cotisations est presque résolu par la dynamique de participation plus nombreuse et plus active des ministres en charge de l’Enseignement supérieur. Lors de la cérémonie de clôture, le Cames a formulé des recommandations, comme le lancement des différents chantiers de renforcement des capacités autour des programmes communs, le soutien à l’enseignement supérieur afin de permettre aux universités de relever les défis de la qualité, de la gouvernance, de l’employabilité et de l’insertion professionnelle et du développement socio-économique. A cela, s’ajoutent le développement de l’offre numérique, la définition concertée des mécanismes d’assurance  qualité, la mise en place du système LMD de façon harmonisée et la création d’un environnement de recherche par la définition des orientations stratégiques. Les différents pays membres ont été invités à s’inscrire dans une logique d’identification des besoins réellement exprimés pour les formations à distance, plutôt que d’offrir des formations qui n’assurent pas la qualité.

Rewmi.com/FBF

À voir aussi

Plaidoyer pour l’inscription « massive » et le maintien des élèves à l’école

Le secrétaire général de l’Agence d’aménagement et de promoion des sites industriels (APROSI), Bohoum Sow …

un institut francophone lancé à Dakar pour former 100 000 enseignants sur 10 ans

L’Institut de la francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF), dont les locaux ont été …