Accueil / SANTE / La CMU digitalise son système d’information

La CMU digitalise son système d’information

L’Agence de la Couverture Maladie universelle a tenu un atelier préparatoire au lancement du dispositif de couverture maladie universelle «SUNUCMU». Ce dispositif de collecte électronique des cotisations et de financement participatif, permettra de faciliter l’enrôlement des bénéficiaires dans les mutuelles de santé et d’améliorer le financement du programme de la CMU grâce aux contributeurs.

 

L’Agence de la Couverture Maladie universelle est dans sa phase active de déploiement numérique et digital, pour rendre le programme plus moderne, plus sécurisé et plus attractif au bénéfice des mutualistes et des prestataires de soins. C’est ainsi qu’un  Système d’Information de Gestion intégrée de la Couverture Maladie universelle (SIGICMU) est en train d’être mis en place. De l’avis des initiateurs, c’est un véritable outil de pilotage. Pour le Directeur de l’Agence nationale de la CMU, Dr Bocar Mamadou Daff, ce système de dimension nationale permettra de traiter à temps réel les opérations, garantir le ciblage des bénéficiaires, assurer l’effectivité des prestations,  lutter contre la fraude, optimiser les processus de traitement des factures, assurer la gestion intégrée sécurisée des données et améliorer la collecte des ressources. « Ce système va permettre un bon suivi des indicateurs de performance, de rapprocher les bénéficiaires des mutuelles de santé et de financement participatif de la prise en charge des indigents et couches vulnérables », dit-il.  Et de renchérir: «Ainsi le dispositif de collecte électronique des cotisations et de financement participatif de la CMU, dénommée « SUNUCMU », permettra de faciliter l’enrôlement des bénéficiaires dans les mutuelles de santé et d’améliorer le financement du programme de la couverture maladie universelle grâce aux contributeurs».

Dr Daff laisse entendre que la subvention ne s’arrête pas au réseau gratuit, mais concerne aussi des services classiques, à savoir les femmes enceintes avec la césarienne, les enfants de 0 à 5 ans, la dialyse, la carte d’égalité des chances. «Si on prend les besoins axés sur la couverture que nous avons avec 49,3% de Sénégalais,  il faut au minimum  60 milliards FCfa  pour pouvoir atteindre cette cible. L’Etat a fait des efforts importants dans le sens qu’il prenne en charge la prime d’égalité des chances et contribue à 50% pour les adhésions, alors il nous faut trouver d’autres perspectives. À cela s’ajoute la politique de digitalisation et de numérisation du Gouvernement pour optimiser les programmes », dit-il. A l’en croire, avec ce nouveau système de paiement, les Sénégalais de la diaspora pourront payer pour leurs parents au pays et cela va leur permettre d’utiliser de manière efficiente les ressources car environ 43 milliards de Fcfa sont transférés de la diaspora au Sénégal. « Cela permet aussi de lever les barrières pour la couverture maladie universelle pour les populations démunies », fait-il savoir. Selon Dr Daff, la gratuité grève sur le budget de la CMU pour la césarienne, 480 milliards Fcfa sont dépensés. Les femmes prennent 4,8 milliards Fcfa, la dialyse est estimée à 6,3 milliards Fcfa, les personnes âgées sont à sept milliards Fcfa, 450 millions Fcfa à couvrir pour la carte d’égalité des chances et 60 milliards Fcfa supportés pour gérer les dépenses de charge. « L’initiative SUNUCMU va nous permettre de souffler », se réjouit-il.

Ngoya NDIAYE

À voir aussi

Faut-il arrêter de laver nos vêtements?

“En gros, dans la vie, la règle de base : si vous ne devez pas …

Des nouvelles de l’état de santé de Angela Merkel

L’état de santé de la chancelière continue d’intriguer au lendemain de sa troisième crise de …