Accueil / ACTUALITES / Cocaïne : Haute surveillance de la Gendarmerie et présence remarquée du Fbi : Le Sénégal aurait été menacé

Cocaïne : Haute surveillance de la Gendarmerie et présence remarquée du Fbi : Le Sénégal aurait été menacé

Les importantes mesures de sécurité prises, lors de la cérémonie d’incinération de la cocaïne saisie à Mbour, jeudi dernier à la Sococim, ont suscité des inquiétudes au niveau de l’assistance. Si d’aucuns parlent de l’implication de pays voisins qui ne seraient pas du goût des autorités sénégalaises, d’autres par contre, soutiennent que les arrestations des trois Sud-américains pourraient s’avérer dangereuses pour le Sénégal. D’où la présence remarquée du Fbi.

Source : Le Quotidien

Les alentours de la cimenterie de Rufisque étaient en état de siège, jeudi dernier, lors de la cérémonie d’incinération de la cocaïne saisie, en juin dernier, à Saly. En effet, la gendarmerie nationale avait déployé les gros moyens humains pour boucler tout le périmètre autour de la Sococim Industries. Des jalonnements des éléments de la Gendarmerie étaient d’ailleurs visibles sur la route de Rufisque, mais surtout à l’entrée de la ville où des dizaines de pandores «armés» de talkie-walkie «veillaient au grain». «A événement exceptionnel, mesures exceptionnelles», apprécie le Mdl-chef Alioune Kassé, qui guidait la presse jusqu’à l’entrée de la Sococim. A l’intérieur, où l’accès était strictement interdit au public, les hommes de tenue occupaient la quasi-totalité des sièges et les «cagoulards» du Gign étaient éparpillés un peu partout. Une ceinture de sécurité impressionnante, qui a suscité des questionnements. S’agissait-il d’une cérémonie aux relents de propagande pour montrer que la gendarmerie joue bien son rôle ? Des menaces de représailles pesaient-elles sur le Sénégal ?

Cette dernière thèse était soutenue par bon nombre de présents. Parmi lesquels, un gradé de la gendarmerie, qui soutient que «si l’Etat n’avait pas décidé d’incinérer cette importante quantité de drogue saisie, le plus rapidement possible, des représailles pourraient bien s’abattre sur nous». Comment et où ? Silence et boule de gomme. Sous ce rapport, confie le commandant Daouda Diop, le responsable de la communication de la Gendarmerie, la destruction de cette importante saisie devait se faire «le plus rapidement possible». Puisque la quantité exorbitante et l’ampleur de la saisie, qui est évaluée à plus de 150 milliards de francs Cfa, ont incité les autorités sénégalaises à éviter de «prendre le risque de stocker la cocaïne». Un stockage, qui s’est fait au Centre de recherches de la caserne Samba Diéry Diallo de Colobane, qui ne présenterait aucune garantie de sécurité.

Dans cette même veine, la présence du Fbi sur les lieux de l’incinération renseignait sur l’ampleur des menaces contre le Sénégal (?). En tout état de cause, assure un autre interlocuteur, «l’implication des pays comme la Gambie et la Guinée-Bissau a poussé l’Etat à détruire cette cargaison».

Pis, l’arrestation de deux Colombiens et d’un Vénézuélien, en plus d’autres gros bonnets, qui sont dans le viseur des forces de sécurité sénégalaises sont des «choses qui risquent de nous peser lourds», souffle un pandore. Alors, cette importante mesure de sécurité mise en place à Rufisque et ses environs, jeudi dernier, avait bien son sens, qui ne sera peut-être jamais connu des Sénégalais.


À voir aussi

ALA 2018: Mbagnick Diop, Guest-star de R-TV AFRICA à Washington

Le président du Meds était l’invité de RTV-AFRICA. Dans un entretien exclusif accordé à la …

Emigration: La conséquence dramatique des lamentables politiques occidentales

La semaine dernière, la famille Ndiaye qui habite dans la zone de Cayar, célébrait les …