Accueil / ECONOMIE / Cogestion des ressources marines et cotières Les acteurs pour les meilleures pratiques d’une pêche durable

Cogestion des ressources marines et cotières Les acteurs pour les meilleures pratiques d’une pêche durable

Dakar abrite depuis hier un atelier sous régional de formations sur les meilleures pratiques de cogestion des ressources marines et côtières du projet Gouvernance, Politiques de gestion des ressources maritimes et réduction de la pauvreté dans l’écorégion WAMER (GoWAMER).

Des acteurs et parties prenantes venus du Sénégal, de la Guinée Conakry, de la Guinée-Bissau, de la Gambie, du Cabo Verde, de la Mauritanie et de la Sierra-Léone, ont pris part à cette rencontre sous régionale deux jours sur les meilleures pratiques de cogestion des ressources marines et côtières du projet (GoWAMER). Pour Moussa Mbengue, Secrétaire exécutif de l’Association ouest-africaine pour le développement de la pêche artisanale (ADEPA), la promotion de la cogestion dans l’écorégion « WAMER » est limitée par une insuffisance de compétences en cogestion des ressources marines et côtières des acteurs et parties prenantes en général, et de la pêche artisanale en particulier. A cela s’ajoutent un appui insuffisant des Etats aux processus de cogestion, un déficit de partage d’expériences et d’initiatives de cogestion et un déficit de stratégies de partage et de dissémination pratiques de cogestion des ressources marines et côtières (RMC). « Le programme « Go-Wamer » (gouvernance, politiques de gestion des ressources marines et réduction de la pauvreté) fait de cette problématique une priorité majeure pour améliorer la gouvernance et promouvoir l’adoption de bonnes pratiques en matière d’utilisation durable des ressources marines et côtières », a expliqué M. Mbengue. A l’en croire, l’écorégion WAMER couvre sept pays d’Afrique de l’Ouest. Selon les données du département recherche et système d’information de la Commission sous régionale des pêches (CSRP), elle couvre une superficie de 1,6 millions de Km2 et s’étend sur 3700 km de côte. Sa population avoisine les 37 millions d’habitants, dont 70% dans la zone côtière. D’après le secrétaire exécutif de l’ADEPA, le secteur de la pêche, en particulier celle artisanale, est stratégique pour cette écorégion car il fait travailler plus de trois millions de personnes. De ce fait, il constitue une source de nourriture importante pour les populations africaines, de richesses pour les Etats et les communautés côtières. « Le potentiel de capture est évalué dans cette zone à 2203 millions de tonnes et les débarquements totaux sont estimés à 2 millions de tonnes dont 77% de petits pélagiques. L’écorégion Wamer est caractérisée par une diversité et une richesse d’écosystèmes marins et côtiers », a fait savoir M. Mbengue. Et d’ajouter que la durabilité du secteur est handicapée par une raréfaction des ressources halieutiques. Cette situation est consécutive à une surcapacité de pêche dont la principale cause est un déficit de gouvernance. En effet, l’objectif général du projet Go-WAMER est de contribuer à la réduction de la pauvreté et au renforcement de la sécurité alimentaire des communautés côtières de l’écorégion.

Zachari BADJI

À voir aussi

Développement économique du Sénégal La jeunesse, une opportunité à saisir

La main d’œuvre jeune, âgée de 15 à 34 ans, va continuer de croitre au  …

Exécution des projets et programmes du Pse Le taux moyen compris entre 68% et 70% dans les régions

La  Plateforme des acteurs non étatique a publié, hier à Dakar, son rapport d’évaluation citoyenne …