Confidences

COIFFURES TRADITIONNELLES Les tresses sont elles menacées de disparition ?

  • Date: 27 janvier 2016

Les « laxas », « petites queues », « pompons », « tresses renversées » et « tresses tibeu » sont des coiffures naguère favorisées et très prisées par la gent féminine. Ces tresses se faisaient volontiers avec des cheveux crépus, loin de ces produits chimiques défrisants qui rendent lisse et légère la chevelure. Le temps a-t-il eu raison sur ces formes de coiffures qui, jadis, incarnaient la beauté naturelle chez les femmes ? Les tresses sont- elles en voie de disparition ?

Ces autres tresses sont tout simplement qualifiées de « modé » ou, si vous préférez, de « dépassées ». Les petites queues, renversées ou encore tresses « tibeu » ont régné pendant longtemps sur la tête des femmes et petites filles. Pas du tout coûteuses et adaptées à la repousse des cheveux, ces tresses se faisaient généralement à la maison, sous l’arbre, par les membres de la famille ou exceptionnellement par la coiffeuse du coin. De plus en plus, les femmes se retrouvent dans les salons, coincées entre défrisage, mèches ou greffage…

Sans titre

« Quoi ? laxass, petites queues et tresses sans mèches ! Tout cela ce ne sont plus que des souvenirs dans ma tête. Je ne me souviens même plus des formes, tellement ça fait longtemps ! En plus, je ne les vois même plus sur la tête de la femme la plus traditionnelle qui soit », nargue Annette, sous un éclat de rires…

Et pourtant, ces tresses sont encore d’actualité. Là-bas à Grand- Yoff, Arafat, sur la rue principale qui mène au rond point Patte d’Oie, entre la police et le Pamecas, une rue à gauche. Nous débouchons sur une petite rue bordée de commerces : gargotes, salons de coiffure, boutiques, petites étalages. Cette rue est animée à cette heure où chacun s’adonne à ses occupations. Les indications sont claires. Selon nos sources, un groupe de femmes se retrouvent sur une place bien déterminée pour des séances de tresses traditionnelles appelés communément « tibeu ». On s’arrête pour demander. Une dame, la quarantaine, nous indique une maison où la tresseuse, en réalité, travaille dans un salon. Nous inclinons poliment ces indications et continuons encore. Une autre dame est assise devant son commerce. Elle vend des oranges. Elle n’est pas seule, c’est une Hal Poular. À notre demande, elle nous dit : « Je crois que vous parlez de la famille Thiam ! Continuez encore un peu, sur votre gauche, vous les verrez surement en bordure de route ».

Il est midi 40 minutes, lorsque nous débarquons sur le côté gauche de la rue. Une dame, en « ndokette khartoum » de couleurs rouge et blanc, est pliée en deux et donne le dos. Sous un arbre, une bonne ambiance règne. Des enfants qui jouent à côté. Devant, tout droit, une lingère vient de finir d’étaler des habits encore mouillés. Une natte bien tressée sert de parasol, allant à l’encontre des quelques rayons de soleil qui s’infiltrent malgré ce froid glacial du matin.

La dame Coura Thiam est en action. Elle finit la troisième coiffure entamée depuis ce matin. Tresseuse professionnelle, elle a investi le perron de leur demeure en salon de tresses depuis plus d’une dizaine d’années. En groupe, Coura, Kiné et Tacko Thiam, ses sœurs, s’adonnent chaque jour à tresser celles qui se présentent chez elle. L’endroit est célèbre maintenant. « Tout Dakar nous interpelle pour ces genres de tresses qui reviennent en force sur la tête des Sénégalaises », nous confie-t-elle.

Selon ses propos, elle peut, à elle seule, finir cinq à six coiffures par jour, selon la période. « Il ya eu un temps, la clientèle se faisait rare, mais plus maintenant ! On dirait que la mode revient et les tresses « tibeu » qui apparaissent de plus en plus comme une coiffure moderne, adaptée au temps ».

Ces tresses traditionnelles, effectuées sur la seule base de cheveux, les font repousser très vite. Pour cela, Coura Thiam  étale la palette des prix : grosses tresses sans rajout (1000 francs) ; petites tresses (1500 francs) ; petites tresses avec rajouts (3000 francs).

Leur clientèle est relativement jeune. Beaucoup d’enfants en âge d’aller à l’école sont souvent envoyés par leurs parents et laissés à la merci de Coura qui, avec ses mains expertes, crée des designs et sillons en emportant avec elle toute la chevelure, quelle que soit sa taille. Son expertise a fini de faire le tour de Dakar. « C’est le bouche à oreille qui fait notre pub », reconnait-elle. Aby, une jeune adolescente somnole entre les jambes de Coura. Elle se fait belle en choisissant de faire de petites tresses avec rajout. « C’est ma grande sœur qui m’a recommandée ici ! Elle travaille dans le coin et connait cette famille depuis longtemps », nous dit la petite qui vient de Rufisque juste pour ces « rares tresses ».

En attendant, la famille Thiam de Arafat Grand-Yoff, ces tresseuses professionnelles répondent, chaque jour, aux nombreuses sollicitations en programmant l’heure exacte, pour ne pas créer une file indienne. Dans la même lancée, elles souhaitent comme tout le monde, moderniser l’endroit et même construire un vrai salon de coiffure au grand bonheur des clientes qui viennent parfois de très loin.

« Cette idée trotte dans notre tête mais les moyens ne suivent pas. Nous travaillons juste pour satisfaire nos besoins présents, nous n’avons pas encore la latitude d’épargner, car ça marche parfois mais ça peut ne pas marcher », se désole-t-elle une fois de plus.

Votre serviteur ne s’est pas empêché de prendre rendez-vous pour retrouver « cette nouvelle mode » qui vient de renaitre.

Khady Thiam Coly (Stagiaire)

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15