Accueil / ACTUALITES / Commerçants, entrepreneurs, opérateurs économiques… : Les hommes d’affaires investissent l’Assemblée nationale

Commerçants, entrepreneurs, opérateurs économiques… : Les hommes d’affaires investissent l’Assemblée nationale

Tout au long de la dernière législature, l’on a vu des députés transformer l’Hémicycle en centre d’affaires avec une circulation inopinée des marchandises importées d’Afrique, d’Europe ou d’Asie, pendant que les Sénégalais subissaient une terrible inflation au quotidien. De certaines femmes libérales, on a fini par ne plus savoir ce qu’elles étaient venues faire dans le cénacle de la représentation nationale au vu de leurs activités…commerciales. L’Assemblée nationale, dépositaire de la souveraineté populaire, est aujourd’hui un repaire d’entrepreneurs économiques. Entre deux escapades sur Las Palmas et Dubaï, on espère qu’ils auront le temps de penser aux pauvres populations qui les ont élus…

Source : Le Quotidien
Bleue, la nouvelle Assemblée nationale du Sénégal l’est à une majorité écrasante avec 131 députés pour la coalition Sopi. C’est la sanction des urnes après les législatives du 3 juin. La nouvelle configuration de la Chambre basse, celle qui représente le peuple parce qu’élue au suffrage universel direct, sera bien en phase avec cet ersatz d’idéologie libérale empreinte de conservatisme et de populisme que le président de la République et son parti disent incarner. C’est en effet, l’esprit d’entreprise et la relation aux affaires qui sont le cœur dominant du profil général des nouveaux parlementaires de Wade II. Le constat est particulièrement flagrant au Parti démocratique sénégalais où plus du quart (34) des députés ayant réussi à se faire élire viennent des secteurs d’affaires. On dit des libéraux qu’ils ont un potentiel réduit de cadres politiques, ce qui expliquerait d’ailleurs la diplomatie de la transhumance développée par le pouvoir libéral au lendemain de l’alternance. Aujourd’hui, ce sont les principes d’efficacité (au profit du parti), de représentativité (pour la survie du parti) et de proximité avec les populations (pour la crédibilité du parti) qui semblent avoir été privilégiés dans le choix des investis de la coalition Sopi. Et dans cette dynamique, «administrateur de sociétés», «opérateur économique», «commerçant» et, à un degré moindre, «agent d’affaires» sont la nouvelle colonie forte de l’Assemblée nationale de la XIe législature. Ils sont célèbres ou méconnus, et ont pour nom Abdoulaye Dieng, Fatou Youssouf Aïdara, Khadidiatou Sy, Aïssa Mama Kane, Kalidou Dieng, Aïda Gaye, Néné Marème Kane, Sokhna Ndiaye ou Moustapha Guirassy, tous sont issus de la liste nationale, mais sept autres candidats ont été laissés sur le carreau sur les dix neuf non élus après le scrutin du 3 juin 2007.

Cependant, c’est au niveau des listes départementales qu’il faut aller chercher l’essentiel des députés hommes d’affaires libéraux. Ici, le maître des affaires s’appelle Pape Diop, maire de Dakar et ancien président de l’Assemblée nationale. Grandi dans les affaires, notamment dans l’exportation de produits halieutiques à partir de la plage de Soumbédioune, on le crédite d’une prospérité plus que respectable, lui homme de l’ombre qui fut un des plus actifs soutiens financiers de l’opposant Abdoulaye Wade.

Pour le reste, Mamadou Thior (Foundiougne), Aliou Seck (Koungheul), Samba Khary Cissé (Louga), El Hadji Malick Diop et Alioune Aïdara Sylla (Tivaouane), Omar Sy et Mamadou Diouf (Mbour), sont présentés comme administrateurs de société, entrepreneurs, opérateurs économiques ou chefs d’entreprise. A Diourbel, Nioro, Kanel, Tambacounda ou Thiès, Khadim Guèye, Moustapha Cissé, Demba Diop, Djiby Cissé, Anta Dièye et Mbaye Diouf sont également présentés comme tels. Et c’est encore du même moule des affaires que sortent Daour Niang Ndiaye (Pikine), Moustapha Cissé Lô (Mbacké), Malick Guèye (Kaolack), Abdourahim Agne (Matam), Ahmeth Fall (Saint-Louis), Ndiawar Touré (Rufisque) et Fatou Diouf (Fatick).

Cette tendance à provenir des fonctions libérales est présente jusqu’au tréfonds des suppléants de la coalition Sopi. Sur les cinquante (50) de la liste proportionnelle, vingt deux (22) se réclament de la mouvance du business. Cependant, les libéraux ne constituent pas, à eux seuls, la plus grosse colonie d’hommes et de femmes d’affaires de l’Assemblée nationale. Mously Diakhaté, remplaçante de Talla Sylla, Mamour Cissé, unique parlementaire du Parti social démocrate/Jant bi et Serigne Mamoune Niasse, un des deux élus du Rassemblement pour le peuple, se présentent également comme des opérateurs économiques. Entre des escapades commerciales sur l’Afrique, l’Europe et l’Asie, nos députés commerçants auront-ils le temps de faire voter, au moins pour cette législature, de véritables lois qui changent le quotidien difficile des Sénégalais ?


À voir aussi

Tout ce qu’il faut savoir sur Kofi Annan

L’ancien secrétaire général des Nations unies est décédé samedi dans un hôpital de Berne en …

La leçon de morale de Thierno Lô à Samuel et Ndéné

Thierno Lô était l’invité de Face 2 Face de la Tfm, ce dimanche. Il a …