Accueil / ECONOMIE / Commerce africain : Le Sénégal, un moteur de la ZLECA

Commerce africain : Le Sénégal, un moteur de la ZLECA

Faire du Sénégal un moteur de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA), c’est le souhait d’Albert Muchanga, commissaire en charge du commerce et de l’industrie de l’Union africaine.

 « Le Sénégal va jouer un rôle pivot, notamment en raison de ses relations avec l’Afrique du Nord et de ses efforts pour déployer des infrastructures stratégiques. Nous devons l’aider à devenir moteur de la ZLECA », a déclaré Albert Muchanga, commissaire en charge du commerce et de l’industrie de l’Union africaine. C’est dans un communiqué rendu public hier à Dakar lorsde la troisième étape de la tournée de sensibilisation sur la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA), organisée par une délégation de l’Union africaine et de l’Initiative Afro Champions.Ce qui a poussé ce dernier à dire : «Le Sénégal est la seconde économie d’Afrique de l’Ouest francophone et représente dès lors un marché stratégique. Nous devons convaincre les acteurs économiques de l’opportunité que représente la ZLECA pour leurs activités ». En effet, cette mission arrive au Sénégal au moment où le comité national de négociations commerciales internationales a entamé les rencontres avec le secteur privé  nationale sur cette question. Face au pessimiste du secteur privé sur  la ZLECA,  Alpha Sy, Directeur général de Sy Investments et conseiller au sein du comité exécutif Afro Champions, a expliqué que c’est normal que le secteur privé Sénégal puisse manifester quelques  inquiétudes. C’est tout à fait  normal parce que c’est une chose qui est nouveau. De manière globale,  a-t-il ajouté : « Le secteur privé africain  est conscient que c’est une étape importante pour les économies du continent. On va y aller de manière réfléchie en prenant en compte toutes les difficultés qui se présentent à nous ». Pour sa part, la Directrice du commerce extérieur, Assome Aminata Diatta, a déclaré que le secteur privé sénégalais doit s’engager sur le marché africain. Ainsi, elle a souligné que cet espace continental offre beaucoup plus d’opportunité car  le marché  sénégalais est étroit. Il y aura certes une augmentation des importations, mais elle sera inférieure par rapport  à celles des exportations. Les différents intervenants ont tenu compte desdifférentsdéfis et verront comment développer une synergie  entre l’administration et le secteur privé pour permettre aux entreprises de tirer réellement profit de celibre-échange.

Zachari BADJI

À voir aussi

Rufisque offshore : Total cède 30% à Petronas

La Malaisie met les pieds dans le pétrole sénégalais. Selon Les Echos, Total a cédé …

Mboumba: Le Puma injecte 30 millions pour réhabiliter la canalisation

30 millions de nos francs, c’est le montant que le Puma a injecté pour la …