Accueil / ECONOMIE / COMMERCIALISATION DU LAIT LOCAL Une nouvelle stratégie pour suivre le circuit du lait en poudre

COMMERCIALISATION DU LAIT LOCAL Une nouvelle stratégie pour suivre le circuit du lait en poudre

L’agence nationale de conseil agricole rural (ancar) prône l’intégration du lait local dans le circuit de distribution du lait en poudre. Selon son directeur général, la filière laitière nationale serait victime d’une mauvaise stratégie de commercialisation qu’il faut changer.
Le lait local souffre de la collecte et de la transformation voire de la conservation. Le cheptel sénégalais produit une grande quantité de lait chaque jour. Cette production va même au-delà du niveau de consommation de la population. Cependant, Nous consommons peu de lait et à défaut, le lait importé qui est en grande partie végétal. Pourtant, une bonne conservation de la production laitière au niveau national serait synonyme d’une autosuffisance en lait d’origine animal voire une possibilité d’exportation. En effet, même si plusieurs organisations se sont intéressées à notre lait local, la stratégie adoptée jusque là n’a pas empêché que les sénégalais dans leur ensemble consomment plus importé que local.

Toutefois, si à Dakar il existe 14 000 points de vente pour le lait en poudre importé, il n’y a que 44 pour le lait local. Alors, la première chose à faire, c’est de mettre ce lait local dans le circuit de distribution du lait en poudre selon M. Cissé. «Notre ambition est de mettre en place une véritable filière du lait local avec tous les acteurs, en essayant de lever toutes les contraintes de commercialisation à travers une nouvelle stratégie commerciale», a-t-il déclaré. Pour lui, parvenir à avoir un véritable marché à terme pour le lait local, équivaudrait à lever toutes les contraintes liées à sa commercialisation en amont. La stratégie de commercialisation du lait local a toujours consisté à installer quelques points de vente dans la capitale et les grandes villes en général. «L’intégration du lait local dans le circuit de distribution du lait en poudre, va résoudre son problème de commercialisation» a-t-il assuré.

Le lait local bat chaque année des records de production dans la région de Louga. Il est cependant confronté à un problème de commercialisation lié entre autres à la difficulté d’accès à un marché et à un problème de conservation. «La communauté rurale de Thiargny à Linguère qui compte quelques 18.000 têtes de bœufs produit chaque année environ 500.000 litres de lait. Mais les producteurs sont obligés de brader ce lait et une bonne partie est déversée dans la nature faute de clients » a fait savoir Mamadou Diop, agent technique d’élevage dans la localité. Ainsi,’’il faudrait des mesures d’urgences pour résoudre ce problème qui freine le développement de l’élevage et la rentabilité du secteur. La mission de l’ANCAR étant de diffuser la technologie agricole, c’est important au bout d’un moment qu’on descende sur le terrain pour voir si réellement les résultats des rapports que nous recevons correspondent à la réalité’’ a fait saloir Alioune Cissé qui promet de veiller à une bonne politique de commercialisation du lait dans tout le territoire national et même au-delà.

Yandé DIOP




À voir aussi

Export et Tic: Une opportunité pour les PME sénégalaises

Le Centre du Commerce International, en partenariat avec l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (ASEPEX) …

Concurrence: Un moyen pour pousser La Poste à l’innovation

A l’instar du monde entier, le  Sénégal a célébré la journée mondiale de la poste. …