téléchargement (3)

Commune de Sicap-Liberté- Santi Sène Agne le docteur de l’éducation

 

 Onze millions en fournitures scolaires. Des primes mensuelles pour les enseignants en classe préparatoire. Malgré les difficultés budgétaires liées à l’Acte trois de la Décentralisation, le maire de la commune de Liberté a tenu à perpétuer la tradition en offrant des fournitures scolaires, du cahier au kit aux potaches de l’élémentaire.

 Les parents d’élèves n’auront plus à acheter de cahiers, jusqu’à la fin de l’année. Ce sera un ouf de soulagement pour beaucoup de foyers confrontés aux problèmes économiques. Et ce bon samaritain n’est rien d’autre que le maire de la commune de Liberté.

Santi Sène Agne a même innové. Avec « des besoins collés aux classes, pour couvrir toute l’année ». C’est donc le petit matériel : stylos, ardoises, crayons, cahiers graphiques, ardoises qui sera distribué aux potaches des classes du Ci au Cm2. Même des écoles qui ne sont pas dans la commune de Liberté n’ont pas été oubliées. Selon Santi Hagne, « les maîtres des classes d’examen, qui ont une surcharge de travail, recevront des indemnités mensuelles et la dalle d’une école sera réfectionnée ». A cela s’ajoute le don de consommables informatiques: photocopieuses et imprimantes.

Une cérémonie qui se perpétue d’année en année. Evalué cette année à 11 millions de francs Cfa, le don en fournitures scolaires pour les établissements s’inscrit dans une tradition. Avec l’Acte trois, les budgets des communes ont connu des soubresauts. Mais au niveau de Liberté, l’édile apprécie cette mesure. L’Acte trois vous donne un statut et une autonomie de gestion.  Il a ainsi salué les actions posées par le ministre Abdoulaye Diouf Sarr. Ce dernier a « envoyé des correspondances, pour une rencontre avec les maires et mis en place un groupe de travail ». Pour, ensemble, « dialoguer et apporter les correctifs ». C’est ainsi que le maire souhaite pour sa commune, devenue « un  territoire autonome », « un développement à partir des pôles ». Il préconise pour les taxes « qui ne sont pas facilement mobilisables »,  « une taxe sur le tourisme ». Parce que « chaque touriste paie en entrant sur le territoire national».

Plusieurs orateurs se sont succédé pour magnifier  la cérémonie. Car les acteurs veulent « une école d’excellence », « une école sans perturbation » voire un « endroit où il fait bon évoluer ». Par ailleurs, ils ont tous prié pour « une année apaisée ».  En effet, la commune de Liberté fait partie des « districts qui font les meilleurs résultats, grâce à l’appui du maire », dira l’un d’entre eux.

Ndèye DIAW

Voir aussi

barthelemy dias

Barthelemy Dias octroie des bourses aux étudiants de sa commune

L’éducation et la formation font des préoccupations majeures du maire de Sacré Coeur. En effet, …