Accueil / ECONOMIE / Compétitivité dans le secondaire et le tertiaire- les industriels sénégalais troublés par la concurrence déloyale estimée à 53%

Compétitivité dans le secondaire et le tertiaire- les industriels sénégalais troublés par la concurrence déloyale estimée à 53%

La concurrence supposée déloyale, le recouvrement des créances, la baisse de la demande, la corruption, la fraude, la fiscalité, le foncier,  entre autres, sont les difficultés auxquelles sont confrontés les industriels.

Une enquête d’opinion de la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee), menée récemment auprès des industriels au Sénégal, en septembre 2017, a révélé que les difficultés majeures liées à l’activité sont la concurrence supposée déloyale, avec 53%. Toutefois, ces derniers ont également déploré les difficultés de recouvrement des créances estimées à 41%, la baisse de la demande  à 24%, ainsi que la corruption et la fraude représentant 18%. Par ailleurs, souligne la source, les déclarations de baisse de production et de carnets de commandes, en rythme mensuel, ont prédominé auprès des enquêtés. En outre, les stocks de produits finis sont ressortis en dessous de leur niveau moyen de long terme, selon les interviewés.

En perspectives, la production serait en dessous de sa moyenne de long terme, en octobre 2017, alors que les carnets de commandes progresseraient pour se situer au-dessus de leur moyenne de long terme. Concernant le sous-secteur des bâtiments et travaux publics, les difficultés de recouvrement des créances (100%), la concurrence jugée déloyale (43%), l’accès difficile au crédit (29%) et au foncier (29%), sont mis en exergue, par les entrepreneurs, comme les principales entraves à la bonne tenue de l’activité, en septembre 2017. Cependant, précise l’enquête de la Dpee, l’activité générale et les carnets de commandes privés ont respectivement progressé tandis que les commandes publiques sont restées stables, en rythme    mensuel. En prévision pour le mois d’octobre 2017, les  entrepreneurs tablent sur une activité et des commandes publiques comme privées en dessous de leurs moyennes respectives de long terme.

S’agissant des services note  la source, « les professionnels du sous-secteur ont cité les difficultés de recouvrement des créances (35%), la concurrence supposée déloyale (30%) et la fiscalité (30%) comme principales contraintes à l’activité ». Par ailleurs, la plupart des enquêtés ont déclaré une baisse de leurs chiffres  d’affaires  et des carnets de commandes, en rythme mensuel. En outre, les tarifs pratiqués sont restés quasi-stables sur la période. Pour le mois d’octobre 2017, les prestataires de service interrogés prévoient une activité et des carnets de commandes au-dessus de leurs moyennes respectives de long terme. Concernant le commerce, la concurrence jugée déloyale (57%), la baisse de la demande (43%), les difficultés de recouvrement des créances (29%) ainsi que la mauvaise qualité des infrastructures (29%) ont constitué les principales contraintes à l’activité durant le mois de septembre 2017. Malgré cela, les commerçants interpellés ont indiqué une hausse de leurs chiffres d’affaires, en phase avec la progression des carnets de commandes.

En outre, les stocks de produits finis sont ressortis légèrement au-dessus de leur niveau moyen de long terme, selon les enquêtés. En perspectives pour le mois d’octobre 2017,  les commerçants attendent des carnets de commande en dessous de leur niveau moyen de long terme.

Zachari BADJI

À voir aussi

Macky Sall : ’’notre économie a retrouvé sa compétitivité »

Le Sénégal est ’’redevenu actif’’ par le biais d’une compétitivité retrouvée, une situation qui explique …

Indice Ibrahim de la Gouvernance en Afrique le Sénégal occupe la 10e place sur 54 pays

L’indice Ibrahim de la Gouvernance en Afrique (IIAG) de 2017, publié aujourd’hui par la Fondation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *