Accueil / ACTUALITES / Comploteurs au Palais- Qui sont les faucons à côté de Macky ?
Mise en page 1

Comploteurs au Palais- Qui sont les faucons à côté de Macky ?

 Et c’est reparti. L’histoire des faucons refait surface. Les Chefs d’Etat sont souvent entourés de personnes qui, malheureusement, complotent, cassent des alliances, au grand malheur des citoyens. Et des populations. Derrière les bureaux cossus des palais présidentiels, ils sont maîtres du «nous». Abdoulaye Wade et Macky Sall ont chacun, leurs «bandes armées».

Les faucons du palais. Les gens s’en méfiaient. Du temps de Me Abdoulaye Wade, personne n’osait les citer. Par peur de représailles. Ils sont l’oreille et la main armée du Maître. Aujourd’hui, ils ont déménagé à Fann Résidence. Et d’autres les remplacent à ce jeu maléfique. De la destruction tous azimuts. Pourquoi, ces personnes qui sont souvent sans bases politiques, sans bagages intellectuels, sont-elles si influentes. Décimant comme des ouragans, tout sur leur passage et leurs intrigues. Ils n’ont pas de parcours politique à faire pâlir plus d’un. Toujours aux crochets du Président.

Aujourd’hui, on croyait que le palais n’allait plus renouer avec  ces messieurs qui font trembler. On ne sait pas quelle magie, ils influent sur les décisions, font et défont les  carrières, imaginent des scénarii rocambolesques. Et la plupart du temps, leurs pièges fonctionnent. C’est toujours à la dernière minute que tout s’éclaircit.

Pourquoi donc ces faucons portent-ils des loups ? Ce sont eux qui sont à l’origine de certaines fuites ou indiscrétions. Ils vivent de rumeurs. Qu’ils véhiculent, via l’espace presse. Des faucons que vous ne verrez jamais dans les grandes manifestations. Ou mobilisations pour la marche du pays. Ils ne mouillent jamais le maillot de la solidarité, de l’entraide. Non, leurs rôles se limitent juste à briser des rêves et à repartir.

Pourquoi les victimes ne désignent-elles pas du doigt leurs bourreaux ? Pourquoi les Hommes d’Etat aiment à se faire entourer d’hommes et de femmes. Qui, le jour du naufrage, auront toujours, un moyen de s’échapper et de crier haut et fort : «pourtant, je leur avais dit.» Et de partir vers d’autres chemins encore plus sinueux.

Ndèye DIAW

Share This:

À voir aussi

CLASSEMENT MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE DE RSF: Le Sénégal gagne 7 places

Le rapport du classement  de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF) …