Accueil / ECONOMIE / Concertations sur le pétrole et le gaz: Les forces vives de la Nation invitées aux travaux

Concertations sur le pétrole et le gaz: Les forces vives de la Nation invitées aux travaux

Le lancement des travaux du dialogue national sur l’exploitation des ressources pétrolières et gazières va démarrer aujourd’hui, comme l’a dit le Président de la République, Macky Sall, lors du  dernier conseil des ministres. Le CONGAD prendra part à cette  rencontre et a déjà proposé quelques solutions.

 Le Chef de l’Etat a convié l’ensemble des forces vives dela Nation à une concertation nationale sur la gestion des recettesissues de l’exploitation du pétrole et du gaz.  Cette  rencontre  d’aujourd’hui entre dans la perspective de l’exploitation des gisements de pétrole et de gaz à l’horizon 2021-2023. Les conclusions de cette concertation, apprend-on  des services  de  la présidence, feront l’objet d’un projet de Loi d’orientation portant sur la répartition et l’encadrement des recettes issues de l’exploitation du pétrole et du gaz. Il sera présenté à l’Assemblée nationale. Cet appel du Président de la République n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd car le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (CONGAD) avec à sa tête Amacodou Diouf, a décidé de répondre favorablement à l’invitation tout en donnant quelques pistes. Ainsi cet organisme espère que l’on ne se limitera pas au recueil  de points de vue des participants et s’en tenir à cela. Durant cette réunion, la meilleure approche (à leur avis) serait de procéder d’abord à un lancement du dialogue national à la date du mardi 12 juin et conduire ensuite, pour la période à venir, des concertations décentralisées dans toutes les régions du Sénégal, à travers des commissions qui travailleront suivant un calendrier déterminé, afin de donner à ces échanges un cachet populaire et inclusif. « Notre organisation, en rapport avec le COS Pétro Gaz, est prête à accompagner le gouvernement dans l’organisation et l’animation de ce dialogue à l’intérieur du pays. Un rapport de synthèse des concertations sera remis au Chef de l’Etat. Il faut du temps pour le dialogue »,  a indiqué M. Diouf  dans un communiqué,  le CONGAD estime que le point relatif aux organes de gouvernance des ressources gazières et pétrolières mérite d’être abordé. La composition de ces organes devrait être diversifiée sur une base tripartite, à savoir : gouvernement, secteur privé et société civile. Ces organes devraient être renforcés du point de vue législatif et réglementaire, de sorte qu’elles puissent prendre des décisions qui seront rigoureusement appliquées. D’après la source, le deuxième niveau de réflexion devrait porter sur les modalités d’élaboration et le contenu des contrats d’exploitation de ces ressources. Il s’agira de faire en sorte que les engagements à prendre aient comme soubassement le respect de principes en faveur du progrès économique et social de notre pays, et qu’ils soient publiés conformément aux règles de gouvernance  en vigueur. Les aspects techniques de la contractualisation reviennent aux experts nationaux  que nous soutenons fortement. Pour Amacodou et  ses  collaborateurs, le troisième niveau de réflexion devrait porter sur la répartition des ressources financières générées par l’exploitation du pétrole et du gaz à travers des canaux transparents et démocratiques. « Tels sont les points sur lesquels le CONGAD compte s’engager lors de la concertation nationale sur la gestion des recettes issues de l’exploitation du pétrole et du gaz, sous réserve d’autres points de vue tout aussi constructifs », soutient la note. Tirant les leçons d’une rencontre similaire tenue à la présidence de la République du Sénégal le 28 mai 2016, le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement a tout espoir que celle-ci sera d’une bonne organisation devant conduire à un dialogue national de qualité au sortir duquel il y aura des résultats fructueux.

 

Zachari BADJI

À voir aussi

Touba : 5.000 lampadaires pour illuminer la ville sainte

Dans certaines rues de Touba, il n’y a pas même d’éclairage public, les lampadaires ne …

Prix du ciment: Le ministre du Commerce annule la hausse

« Le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, et des PME a décidé …