Accueil / ACTUALITES / Condamnation à 5 ans de Khalifa Sall Le camp présidentiel dans l’embarras

Condamnation à 5 ans de Khalifa Sall Le camp présidentiel dans l’embarras

REWMI.COM Le verdict prononcé ce vendredi par le tribunal correctionnel hors classe de Dakar contre Khalifa Sall et certains de ses compagnons à 5 ans de prisons assortis d’une amende de plus de 5 millions et à la confiscation d’un cinquième de ses biens, a plongé la classe politique toute entière dans un malaise profond.

Chacun l’exprime à sa façon. Du côté du pouvoir, le porte-parole du Parti socialiste (Ps) Abdoulaye Vilane et le Secrétaire général de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd) Diégane Sène ont vite fait de parler de grâce au profit de Khalifa Sall alors que celle-ci ne saurait être prononcée que s’il y a condamnation définitive.

Leurs sorties traduit un désir de tourner la page d’une affaire encombrante qui les met tous particulièrement mal à l’aise. La preuve, un autre allié du Président Pape Diouf du Mouvement pour la démocratie et la république (Mdr) n’a pas manqué de mettre en garde toute la classe politique sur l’impossibilité à se développer dans un climat aussi délétère mais aussi Macky sur le fait qu’il encourt le syndrome de Wade s’il persiste sur cette voie.

Mais l’allié qui a le plus surpris, c’est Abdoulaye Bathily, ancien Secrétaire général de la Ligue démocratique (Ld). Ce dernier n’a pas mâché ses mots : Il a dénoncé un procès politique dont les motivations ne sont rien d’autre que de neutraliser un adversaire.

Les autres qui réagissent dans le campo présidentiel, disent carrément regretter que Khalifa Sall soit ainsi condamné même si certains s’empressent d’ajouter que la loi a été dite car, il y aurait eu ‘’détournement’’ alors que le juge n’a retenu que l’’’escroquerie’’, et ‘’le faux et usage de faux’’.

Nous avons vu divers états d’âme par rapport à une affaire qui secoue la République parce que mettant en doute, aux yeux de nombreux sénégalaise, la crédibilité de la Justice.

Et le malaise du camp du pouvoir s’explique par les données que nous allons tenter de vous exposer.

On a en effet eu un procès où il était question d’argent dilapidé alors que l’Etat n’a pas été reconnu comme ayant subi un préjudice quelconque.

Partant, on est en train de reprocher à Khalifa Sall d’avoir utilisé illégalement des fonds de sa propre Mairie. Or, ce n’est pas ce que les Sénégalais avaient compris à l’entame du procès. Nous pensions que les fonds de dotation et autres fonds de concours étaient visés. Mais, franchement, s’il faut condamner alors que l’argent public n’a pas été utilisé dans le cadre de cette caisse d’avance, cela ne saurait ne pas être gênant.

Pis, le verdict induit que c’est la Mairie qui devait se constituer partie civile. Or, cette constitution de partie civile de la Mairie avait été justement rejetée par cette même cour. Allez y comprendre quelque chose.

Qui plus est, comme le dit l’Urd, un parti allié du Président Sall, il n’y a pas eu d’enrichissement personnel de la part du Maire de Dakar. S’il n’a pas profité de ses fonds, soit 30 millions par mois, c’est qu’il en a fait profiter des tiers. Or, si c’est de l’argent escroqué, pourquoi la Justice n’a-t-elle pas essayé de connaitre les bénéficiaires et de les inculper comme co-auteurs ou complices du Maire ?

Si en effet, il est vrai que nombres de caciques du régime actuel ont bénéficié de ces fonds y compris le Président de la République lui-même comme Khalifa Sall l’a dit à l’audience, les bénéficiaires de l’argent escroqué n’en sont pas pour autant coupables, ne serait-ce que moralement.

Voilà ce qui met tout le monde dans l’embarras. Le Maire a utilisé l’argent à des fins sociales au profit de tous sans distinction d’appartenance politique. Et ce sont certains de ces supposés bénéficiaires qui lui reprochent d’avoir détenus cet argent.

Mieux, si la Caisse d’avance n’a pas été dissoute, c’est qu’elle a été avalisée par les autorités du fait justement de son utilité publique.

Le tribunal s’est empêtré dans ses contradictions, la classe politique plonge dans l’embarras et les citoyens, confus, s’interrogent.

Assane Samb/Rewmi quotidien

À voir aussi

Mimy Touré: « Karim est un candidat épistolaire..’

Mimi Touré, ancien ministre de la Justice, demande à l’ancien ministre d’État de venir avec …

Le PM rencontre les syndicats d’enseignants

Selon les informations de l’As,  le Premier ministre Mohammad Boun Abdallah Dione va réunir aujourd’hui …