SOCIETE

CONDAMNÉ A 10 ANS DE TRAVAUX FORCÉS Le jeune Nigérian avait 65 boulettes de cocaïne dans le ventre

  • Date: 3 novembre 2016

10 ans de travaux forcés et une amende de 30 millions de nos francs, telle est la peine que le Président de la chambre criminelle a prononcée, hier, contre le jeune Nigérian Handy William. Il a été reconnu coupable du délit de trafic international de drogue.  

En provenance du Brésil, Handy William a été arrêté à l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar avec de la drogue dure. Il avait dans le ventre 65 boulettes de cocaïne qu’il devait livrer à son compatriote vivant au Sénégal. Il sera cueilli dès son atterrissage grâce à une information de la cellule aéroportuaire contre la drogue des passagers en provenance de l’Amérique Latine. Jugé à la barre de la chambre criminelle de Dakar, hier, l’accusé a été reconnu coupable du délit de trafic international de drogue, avant d’être condamné à 10 ans de travaux forcés. Il devra également payer une amende 30 millions de nos francs. En effet, les débats d’audience ont fini de révéler que l’accusé, vivant au Brésil, a fait la connaissance d’un de ses compatriotes à qui il a fait part de ses difficultés à subvenir à ses besoins. Il lui a également parlé de son désir de rentrer au pays pour retrouver sa famille. C’est dans ces circonstances que le nommé John a pris son contact, avant de l’appeler trois plus tard. C’était pour lui proposer un marché, c’est-à-dire que Handy William devait transporter une marchandise pour lui au Sénégal et en retour, il gagnerait 400 dollars. Sans se poser de questions, William a accepté le marché. Il avala les 65 boulettes avant de se rendre à l’aéroport pour rallier la capitale sénégalaise. Malheureusement pour lui, il sera arrêté par nos limiers.

Une pomme de discorde sur le nombre de boulettes

Ils l’ont fait s’accroupir et lui ont demandé de tousser fort. Il a, à cet effet, expulsé une boulette. Comme le test à la drogue a été positif, les hommes en tenue l’ont conduit à l’hôpital où il expulsera au total 65 boulettes de cocaïne. Devant les juges, hier, l’accusé a déclaré qu’il a avalé les boulettes sans pour autant savoir ce que c’était.  Toutefois, il a précisé qu’il s’agit de 25 boulettes au lieu de 65. L’accusé dit également que les policiers ont peut-être exagéré sur le nombre parce qu’on ne lui avait pas montré la drogue à l’hôpital. Invité à faire son réquisitoire dans cette affaire, le maître des poursuites a indiqué que les faits sont constants. “Les faits ne souffrent d’aucune contestation et peu importe le nombre de boulettes qui a ont trouvées par devers lui. C’est pourquoi, je vous demande de le retenir dans les lieux de la prévention avant de le condamner à 15 ans de travaux  forcés et une amende de 30 millions. Ainsi que la confiscation et la destruction de la drogue saisie”, a déclaré le maître des poursuites. Pour sa part, la défense a soutenu qu’il est constant qu’il y a de la drogue, mais c’est le nombre qui pose problème. Sur ce, il a plaidé pour une application bienveillante de la loi pénale. La robe noire a demandé au tribunal de tenir compte des circonstances atténuantes, mais aussi du fait du statut de délinquant primaire de l’accusé. Malgré sa plaidoirie, la chambre a reconnu l’accusé coupable avant de le condamner à 10 ans de travaux forcés avec une amende de 30 millions de nos francs.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15