CONDAMNÉ A 15 ANS DE TRAVAUX FORCÉS- Racine Guissé avait tué son ami à cause d’un butin

Un fait inédit a été encore jugé, hier, à la barre de la chambre criminelle d’appel. L’accusé Racine Guissé a vu sa peine de 15 ans de travaux forcés être confirmée par le juge. Il avait tué son ami au cours d’une bagarre au cours de laquelle, la victime lui réclamait sa part des objets qu’ils avaient volé à Nord foire.

Condamné en première instance à 15 ans de travaux forcés pour meurtre, Racine Guissé a interjeté appel pour contester la décision qui a été rendue par la Cour d’assises à son encontre. A la barre de la chambre criminelle d’appel, hier, on lui a fait une lecture de l’accusation pour lui rafraîchir la mémoire. En effet le 21 juillet 2008, les éléments de la police ont été informés de ce qu’une personne venait d’être poignardée à Pikine. Evacué à l’hôpital, Ibrahima Bâ a malheureusement rendu l’âme. Un retour sur les lieux du crime, a permis aux limiers de savoir que c’est au cours d’une bagarre non loin de la maison du mis en cause que la victime a été poignardé. Arrêté puis soumis au feu roulant des questions, l’accusé a reconnu avoir poignardé la victime. Derrière les bourreaux depuis 7 ans, Racine Guissé se rappelle toujours des faits. Il explique : “ Ibrahima Diagne est mon ami et je regrette beaucoup ce qui s’est passé. En effet, je fréquentais sa maison et c’est lui-même qui m’a initié dans la vente du savon en poudre. Cependant le jour des faits, on avait volé un téléphone portable qu’on avait vendu au marché de Thiaroye à 30.000 francs. On s’est partagé l’argent avant de cotiser chacun 700 francs pour acheter une bouteille de whisky”, a-t-il déclaré. Avant d’enchaîner : “Lorsqu’on a bu la bouteille jusqu’à la moitié, la victime a commencé à me réclamer d’autres objets que j’aurais volé. Je lui ai donc dit que j’avais dérobé simplement le téléphone portable”. Ne le croyant pas, la victime est partie récupérer un couteau chez lui avant de donner à un coup à Racine Guissé au niveau de l’épaule. C’est sur ces entrefaites qu’il l’a mordu avant que le couteau ne tombe. Animé par un sentiment de vengeance, Racine a donc repris l’arme avant de donner à son tour un coup à la victime au niveau du thorax. Blessé, Ibrahima Diagne est rentré chez lui où sa maman a constaté que beaucoup de sang coulé sur lui. C’est ainsi que la victime a été transportée à l’hôpital Dominique de Pikine où il  rendra l’âme 30 minutes après. Ce n’est que le 18 août 2008 que les parents de Ibrahima Diagne ont conduit le mis en cause au commissariat de Pikine. A l’enquête préliminaire, il a reconnu avoir poignardé à mort la victime mais, ils étaient tous les deux ivres au moment des faits. Ses dénégations ont été confirmées par son avocat qui, a plaidé pour une application bienveillante de la loi pénale. Devant les juges, hier, il a tenté de faire croire qu’il a regretté son acte. Cependant, son passé pénal n’a pas été en sa faveur car, l’accusé a été alpagué à plusieurs reprises pour flagrant délit de vol, coups et blessures volontaires et meurtre. C’est pour ces raisons que l’avocat général a demandé, lors de son réquisitoire, la confirmation de la peine de 15 ans qui lui a été infligée en première instance. En rendant sa décision, le Président de la Chambre criminelle d’appel a confirmé la Cour d’assises.

Cheikh Moussa Sarr

Voir aussi

MODERNISATION DU MARCHÉ SANDIKA Des commerçants craignent un problème d’espace

  Des commerçants du marché ‘’Sandika de Pikine’’ ont salué, mardi, le projet de modernisation …