Accueil / FAITS DIVERS / CONDAMNE A 3 MOIS FERME AVEC UNE AMENDE DE 200 MILLE F CFA Cheikh Sow transvasait du gaz à partir de bouteilles pleines vers d’autres bouteilles vides

CONDAMNE A 3 MOIS FERME AVEC UNE AMENDE DE 200 MILLE F CFA Cheikh Sow transvasait du gaz à partir de bouteilles pleines vers d’autres bouteilles vides

Charretier de son état, Cheikh Sow a comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour tromperie sur la qualité de la marchandise, pratique illicite de prix, défaut de délivrance de factures. Il était membre d’un réseau de fraudeurs qui opéraient des transvasements de gaz à partir de bouteilles pleines vers d’autres bouteilles vides. Cheikh Sow a été déclaré coupable avant d’être condamné à 3 mois ferme. En plus de cette peine, il devra payer une amende de 200.000 francs. 

Il résulte des faits que la division métrologie de la direction du commerce intérieur a été régulièrement saisie de plaintes de consommateurs qui ont constaté la réduction du temps de chauffe des bonbonnes de gaz, consécutive, selon leur intuition, à une diminution du poids. Il s’agit des bouteilles de Touba gaz. C’est sur ces entrefaites que des enquêtes à caractère métrologique ont été diligentées auprès des industriels de remplissage et des grossistes distributeurs. Mais, ces enquêtes pour circonscrire l’origine de ces manquements ont été infructueuses. Par ailleurs, suite à une réclamation d’un consommateur qui a acheté une bonbonne de gaz de 6 kg dans une boutique sise à l’avenue Jean Jaurès, gérée par Omar Fall, la division métrologie de la direction du commerce intérieur a encore diligenté une enquête à l’adresse indiquée. « Nous y avons trouvé un lot de 11 bouteilles de 6 kg sur lesquelles les contre pesées ont révélé des insuffisances importantes, confirmant ainsi les informations crédibles signalant l’existence de réseau de fraudeurs qui opéraient des transvasements de gaz à partir de bouteilles pleines vers d’autres bouteilles vides », nous indique le rapport de ladite direction. Sur ce, les enquêteurs ont demandé au boutiquier de leur remettre sa facture d’achat. Et ce dernier a déclaré que son fournisseur n’en délivre pas, mais qu’il pourrait les mettre en rapport avec lui lendemain matin. A l’heure convenue, les enquêteurs ont procédé à l’interpellation d’un livreur répondant au nom de Cheikh Sow. Entendu, il a reconnu avoir livré ces bonbonnes incriminées sans délivrer de facture.

Poursuivant, il a dit que les bonbonnes vendues au boutiquier et celles contenues dans sa charrette ne disposent ni de facture ni de bordereau de livraison. Interrogé sur son implication, Cheikh Sow a déclaré n’avoir jamais usé de ces pratiques frauduleuses. Mais face à la détermination des agents de la division métrologie de la direction du commerce intérieur à porter l’affaire à la police pour enquêtes approfondies, il a avoué sa responsabilité personnelle dans cette affaire. Malgré cela, les agents ont demandé l’assistance de la police pour que les faits soient déférés devant les autorités judiciaires. Car les écarts négatifs constatés sont plus de 2 kg sur des bonbonnes de gaz censées contenir 6 Kg, soit plus de 33% de moins sur son poids nominatif. Il faut dire que le lot constitué de 24 bonbonnes de gaz dont les poids ne sont pas conformes, ont fait l’objet de saisie. Présenté à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, le prévenu a reconnu les faits. Mais, il indique qu’il est juste un livreur. Non sans aller plus loin. Invité à prendre parole, l’agent judiciaire de l’Etat a demandé au tribunal de punir de tels actes qui font perdre beaucoup d’argent au trésor public. Tout de même, il a réclamé le franc symbolique. Et si ça ne tenait qu’au représentant du ministère public, le prévenu allait passer un an en prison. En plus de cette peine, le maître des poursuites avait demandé au tribunal d’ordonner au mis en cause de payer une amende d’un million de nos francs. Pour sa part, la défense a plaidé à titre principal la relaxe au bénéfice du doute ou à titre subsidiaire l’application bienveillante de la loi. Cependant en rendant sa décision, le juge a déclaré Cheikh Sow coupable des faits pour lesquels il est poursuivi. Pour la répression, il a été condamné à une peine d’emprisonnement de 3 mois ferme. Il devra aussi payer une amende de 200.000 francs.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Une femme coupe le sexe de son mari

Le phénomène des violences conjugales dépasse les frontières sénégalaises. En bisbille avec son époux, une dame …

Affaire « Dash » Plan: Comment les suspects ont été arrêtés

« Dash Plan », le scandale des « filles faciles » dont les noms et numéros de téléphone, adresses …