ACTUALITE

Condamné à perpétuité : Habre a-t-il raison de faire le procès de la Françafrique?

  • Date: 31 mai 2016

Le Sénégal a offert à Hissène Habre, l’ancien Président tchadien et l’hospitalité et la prison. Habre vient d’être condamné à perpétuité même s’il a la possibilité de faire appel dans les 15 jours.

Cependant, on voit mal comment quelqu’un qui ne reconnait pas la légitimité d’un tribunal qui le juge peut-il faire appel. Non, Habre ne fera pas appel. Mais, ces avocats commis d’office, peuvent, contre son gré, interjeter appel. De toutes les façons, Habre ne va jamais parler à ses avocats commis d’office qu’il ne reconnait pas, outre mesure.

Alors, l’ancien homme fort de Ndjamena risque fort de terminer ses jours en prison. Au sortir de l’audience ou la sentence a été prononcée, les seuls mots qui sont sortis de sa bouche sont : « Vive l’Afrique, à bas la Françafrique ». Comme quoi, Habre pense qu’il vient d’être sacrifié sous l’autel de l’emprise néocoloniale française sur l’Afrique. A-t-il raison ? Regardons-y mieux.
L’hospitalité sénégalaise dont ont bénéficié les Edem Kodjo enterré aux cimetières de Yoff, Amadou Toumani Toure qui vit encore à Dakar, Camara Laye, lorsqu’il a voulu échapper au dictateur guinéen Sékou Toure, etc. ne garantie plus l’impunité à ses leaders que la justice peut poursuivre à tout moment.
Face à cet état de fait, l’observateur que nous sommes, avons deux sentiments contradictoires. Le premier est de se dire qu’il ne faut jamais laisser penser à un Chef d’Etat qu’il peut impunément tuer, torturer ou massacrer son peuple. Il faut que justice se fasse pour que les présidents africains et même ceux d’autres contrées sachent qu’ils ne sont que des délégataires du pouvoir et non ses dépositaires.

L’autre sentiment, c’est qu’il y a eu trop de pression internationale dans l’affaire Habre. L’Ong Human Rights Watch, la Belgique et y compris le président Tchadien en exercice Idriss Deby pour ne citer que ceux-là n’ont jamais cessé de réclamer la tête de Habre.

Pendant ce temps, l’ancien président mauritanien Maaouiya Oud Sidi Ahmed Taya se la coule douce au Qatar, le président Bush a menti au monde entier et aux Américains pour déclencher la guerre contre Saddam, un jeune capitaine guinéen Dadis Camara, échappe pour le moment à la justice malgré les tueries et viols au stade de Guinée durant son magistère, etc.
Il s’y ajoute des présidents en exercice comme Yayah Jammeh qui suit les traces de Sékou Toure jusqu’au mode d’habillement, Omar El Béchir sous le coup d’un mandat d’arrêt international de la Cpi, le président Burundi Nkurunziza, un bourreau de son peuple, Blaise Compare que son pays le Burkina réclame en vain, etc. La liste est longue.
Pis, on peut se demander pourquoi la Cour pénale internationale n’a pas réclamé et jugé Habre comme elle le fait pour tous ceux qui sont accusés de crimes de guerre.

En tout état de cause, les Chambres africaines extraordinaires ont un parfum de justice des vainqueurs comme Nuremberg, le tribunal qui a jugé les Nazis au sortir de la seconde guerre mondiale. Pour qu’elles soient véritablement crédibles, il faudrait qu’elles ne soient pas taillées sur mesure c’est-à-dire instaurées pour uniquement juger Habre.

Mieux, le président Deby qui vient d’entamer un second mandat dans des conditions nébuleuses, devra, lui aussi, rendre compte, un jour, devant les Chambres extraordinaires.

En tout état de cause, comme l’a souligné Me Mbaye Gueye représentant du Bâtonnier lors de la cérémonie d’ouverture du procès, on ne peut pas, face à des crimes aussi graves, juger un seul homme alors qu’il y a le ou les commanditaires mais aussi les exécutants. C’est dire que toute justice sélective est injuste par essence.
Au demeurant, la Belgique qui en a fait un point d’honneur, devra elle aussi, nous dire qui a assassiné Patrice Lumumba et dans quelles conditions.
Nous avons aussi, en tête, cette opération commando montée par le président Sarkozy lui-même pour arracher des mains de la justice tchadienne des ressortissants français accusés du crime grave de trafic d’enfants.

Comme quoi, la Françafrique est têtue. Elle se nourrit d’intérêts stratégiques, politiques et économiques.
Les CAE devront s’en départir complètement et rester uniquement au service de la justice.

Il reste alors à travailler à faire trembler tous les bourreaux africains de leurs peuples par la mise en place d’autres chambres extraordinaires de ce type.

Assane Samb

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15