images

CONDAMNE A PERPETUITE, HISSEIN HABRE DECLARE : “ Vive l’Afrique, A bas la Françafrique”

Le verdict est tombé, hier, et l’ancien Président du Tchad a été condamné à perpétuité, prison à vie par les chambres africaines extraordinaires. Il a été poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes de tortures. Aussitôt après sa condamnation, Hissein Habré a tenu à calmer ses souteneurs avant de déclarer : “ Vive l’Afrique, à bas la Françafrique”.

La perpétuité, prison à vie, c’est donc la décision rendue, hier, par le Président des chambres africaines extraordinaires dans le procès de Hissein Habré. Auparavant, le Président Gberdao Gustave Kam est revenu sur ce que la chambre a retenu contre l’ancien homme fort de Ndjamena avant de rappeler les événements qui ont marqué le Tchad de 1982 à 1990. Selon le Président Kam, dans les semaines qui ont suivi l’élection de Habré, il y’a eu des arrestations, la torture lors des interrogations, des cas de viol sur les femmes détenues dans des camps militaires, entre autres, forme de répression dans les prisons. Pour justifier son verdict, le Président Kam a rappelé trois moments de la répression. Il s’agit d’abord des exactions commises dans le sud du Tchad en 1984. Ensuite la répression contre la communauté Hadjaraï à partir de 1987. Et enfin, la répression contre la communauté Zaghawa à partir de 1989. Pour ces trois événements, le Président a déclaré que les éléments de preuve démontrent que tout au long du régime de Habré, il y’avait un mode opératoire qui consiste à arrêter des personnes en les punissant ou les intimidant pour obtenir certaines informations. Sur ce, la chambre est convaincu de l’existence de commissions de répression de ces deux groupes par une entreprise criminelle commune dont Hissein Habré est le dirigeant. Selon toujours le juge Kam, les éléments de preuve montrent que Habré contrôlent la DDS, la Bsir qu’il avait créé, nommé et destitué les agents. Il contrôlait la garde présidentielle et les services d’investigation. Hissein assurait son bon fonctionnement, il donnait l’ordre de détention et de libération des détenus. Il participait parfois à l’interrogation directe des détenus. Il cumulait les fonctions du Président de la République, chef suprême des armées. Sa contribution était déterminante.

Le viol occupe une place importante dans le verdict

En rendant sa décision, hier, le Président Kam a accordé une place toute particulière à la question du viol. Il faut rappeler que les cas de viol dont certains témoins ont fait montre ont été des moments émouvants dans ce procès. Selon le juge Kam, la chambre estime que le viol et la réduction des violences sexuels des femmes étaient prévisibles de l’entreprise criminelle commune. Pour mémoire, Khadija Hassan Zidane, avait, lors de son témoignage à Dakar, accusé personnellement Hissène Habré de l’avoir violée.  Quatre autres femmes avaient également raconté comment elles avaient été utilisées comme esclaves sexuelles par l’armée tchadienne de l’époque. Sur ce, la chambre a reconnu Habré coupable de viol. A l’en croire, l’ancien homme fort de Ndjamena a profité de sa position d’autorité pour soumettre sa victime à des viols et sévices. La Chambre estime aussi que les témoignages entendus ont permis de mesurer la place des violences sexuelles au sein du système de répression du régime. Entre 1984 et 1989, plusieurs femmes et jeunes filles détenues ou interrogées ont été soumises à des rapports sexuels forcés par les agents de la DDS et les autorités pénitentiaires. De 1985 à 1986, par ailleurs, ainsi qu’entre 1988 et 1989, des femmes ont été transformées en esclaves sexuels dans les camps de Kalaït et d’Ouadi-Doum.

Hissein Habré après le verdict : “ A bas la Françafrique, Vive l’Afrique”

Au regard de tout ce qui précède, le juge a prononcé le verdict tant attendu par les nombreux personnes qui avaient fait le déplacement, hier, au palais de justice de Dakar. L’ancien Président du Tchad est reconnu coupable de crimes contre l’humanité, esclavage forcé, homicide volontaire, enlèvement de personne suivi de disparition, crime autonome de torture. Il a été acquitté du crime de guerre et de transfert illégal. “ La chambre a pris l’extrême gravité des faits commis pendant 8 ans. Ces crimes ont fait des milliers de victime et 30 ans plus tard on note toujours des traces indélébiles sur certaines populations tchadiennes ”, a dit le Président Kam. Avant d’enchaîner : “ outre le turban, il a porté des lunettes de soleil pour cacher ses yeux. Il se fait acclamé par quelques supporters à la fin de l’audience. Il n’a montré aucune compensation. S’agissant de la circonstance atténuante, compte tenu de son âge Habré ferait un bon père de famille”. Toutefois, le juge a déclaré l’accusé coupable avant de le condamner à perpétuité. Non sans ordonner la confiscation des biens saisis. Il faut dire que l’accusé, par le biais de ces avocats, à 15 jours pour interjeter appel. Aussitôt après le verdict, Hissein Habré a été escorté par les gardes. Il a quand même pris le temps de calmer ses souteneurs avant de déclarer : “ Vive l’Afrique, à bas la Françafrique”.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

telechargement

Et si on en parlait… Une classe politique dépassée et déphasée

Le Sénégal a mal de sa classe politique. Les mêmes personnes occupent le champ politique, …