22 septembre, 2014
Accueil » Confidences » Confidences d’une prostituée : « il y a le fils d’un intouchable de ce pays et qui est bien connu… qui a comme vice de prendre le slip qu’une prostituée porté pendant trois jours, et sentir la mauvaise odeur que cela dégage. C’est ce qui l’aide à j
Confidences d’une prostituée : « il y a le fils d’un intouchable de ce pays et qui est bien connu… qui a comme vice de prendre le slip qu’une prostituée porté pendant trois jours, et sentir la mauvaise odeur que cela dégage. C’est ce qui l’aide à j

Confidences d’une prostituée : « il y a le fils d’un intouchable de ce pays et qui est bien connu… qui a comme vice de prendre le slip qu’une prostituée porté pendant trois jours, et sentir la mauvaise odeur que cela dégage. C’est ce qui l’aide à j

Elle a pris Anna, comme nom d’emprunt. Elle c’est une femme d’une soixantaine révolue à qui nos confrères de Walf’Grand-place ont tendu leur micro pour qu’elle leur parle de sa vie de péripatéticienne. Cette ancienne travailleuse du sexe dont le fils est un grand cadre, car elle dit ‘’ si je vous disais qui c’était, vous n’allez pas le croire’’, avoue avoir débuté dans le métier quand elle avait 25 ans. « J’avais été engrossée à l’époque et le père de mon enfant ne l’avait pas reconnu. Et comme mon père était strict, il n’a pas été content de mon attitude. Il m’a chassée de la maison. Alors, j’ai commencé à errer dans les rues. Je fréquentais un groupe de filles qui ‘‘m’ont appelée et m’ont dit que si je travaillais avec elles, j’aurais beaucoup d’argent et je pourrai subvenir au besoin de mon fils… (Devenu un grand cadre), c’est une aventure que je regrette amèrement », se souvient-t-elle comme si c’était hier.

Pour elle dans le métier de travailleuse de sexe il est facile d’y entrer mais y sortir demeure très difficile. Pis, les regards des autres, de sa famille lui faisaient sentir qu’elle était une hors la loi. ‘’On est stigmatisée’’.

Le métier de professionnelle de sexe n’étant pas sans risque, Anna a été atteinte de chaude-pisse mais également d’écoulement vaginal. Une maladie fréquente dit-elle chez les travailleuses du sexe.

Outre ses Mst, aujourd’hui, Anna est dégouté par les hommes : « les hommes me dégoutent à présent. A force de les pratiquer, je n’ai plus aucune envie d’être avec un mec ».

Ses hommes qui le dégoutent aujourd’hui, ont fait les beaux jours de Anna. Elle explique gagné parfois 80.000FCfa.

Mais sa plus grosse passe elle l’a gagné après avoir volé un client ivre mort. « Ma plus grosse passe, je l’ai volée. C’était une valeur de 10 millions de francs. Je l’ai volé sans blague, je l’ai pris dans la valise d’un client qui venait d’arriver à l’aéroport. Le gars était ivre jusqu’à tomber sous mes pieds. Par la suite, il a décidé de passer la nuit avec moi. Et comme le pauvre avait trop bu, arrivé à l’hôtel, il a commencé à dormir comme un fou. Quand je me suis retourné et aperçu la mallette, je l’ai ouverte. Grande a été ma surprise lorsque j’ai vu tout cet argent. Et comme j’avais un gros sac, sans tarder j’en ai pris un bon paquet et j’ai filé en toute vitesse. » Avec l’argent volé, elle dit avoir corrompu des policiers et gaspillé le reste.

Son face à face avec les journalistes de Walf’Grand Place a été riche en confessions, car elle dira : « il y a le fils d’un intouchable de ce pays et qui est bien connu dans le milieu qui a comme vice de prendre le slip qu’une prostituée porté pendant trois jours, et sentir la mauvaise odeur que cela dégage. C’est ce qui l’aide à jouir, mais c’est en échange de la drogue et il paie cher aussi. C’est facile pour lui d’avoir la drogue, car c’est son père qui le fait entrer dans le pays ».

Elle terminera son entretien en versant dans des conseils qu’elle a prodigué à la nouvelle génération.

REWMI.COM/KNG