18 septembre, 2014
Accueil » SOCIETE » Confidences: Makhtar Kebé neveu de Dabakh raconte les derniers instants de son oncle sur terre
Confidences: Makhtar Kebé neveu de Dabakh raconte  les derniers instants de son oncle sur terre

Confidences: Makhtar Kebé neveu de Dabakh raconte les derniers instants de son oncle sur terre

Rewmi.com Poignant! Voilà le mot qui peut résumer le témoignage de Serigne Makhtar Kebé à lendroit de son veneré oncle El Hadj Abdou Aziz Sy Dabakh. A travers la défunte émission Tgp (Très Gros Plan) diffusé au lendemain de la disparition du saint homme en Septembre 1997et rediffusé hier à l’occasion de la célébration de la 13e année de disparition de Dabakh, Makhtar Kebé a raconté comment le fils de Seydi el Hadj Malick Sy a passé ses derniers jours sur terre. « Il n’était pas mourrant, sa dernière semaine sur terre, il nous sollicitait tout le temps pour qu’on lui lise des poèmes de Cheikh Ahmed Tidiani Cherif, Seydi El Hadj malick Sy, Serigne Babacar Sy ou qu’on lui écrive des Khassidas ». Et Makhtar Kebé de raconter comment Dabakh transmit le Khalifat à Serigne Mansour Sy actuel Khalife Général des Tidianes. « Il (dabakh) fit appel à moi et me demanda d’ecrire quelque chose pour lui, je me suis posé des questions car le contenu de ce poème pour le moins mystérieux, ne présageait rien de bon. Mais j’ai tant bien que mal gardé mon optimisme. Dans la lettre, il y intronisait Serigne Mansour Sy comme le prochain Khalife Général des Tidianes. Le paradoxe était que Dabakh se portait comme un charme. Par la suite il me chargea de dire à Srigne Mansour Sy qu’il avait besoin de lui d’urgence à Dakar. Ce dernier que mame Abdou avait demandé d’effectuer pour sa part une ziarra auprès de Seydi El Hadj malick Sy, Serigne Babacar Sy et Serigne Mansour Sy (Balkhawmi) rapplique sur Dakar pour rendre compte de la commission qu’il lui avait demandé. C’était un Jeudi, il m’appela et me demanda de lire le contenu de la lettre devant Serigne Mansour. ce dernier, investi ainsi de la mission du Khilafat de Cheikh Ahmed Tidiani Cherif, avait la mine des mauvais jours et avait déjà un pressentiment sur ce qui allait se passer. en retournant il était très triste et cela se lisait sur son vuisage. Trois jours après Dabakh rendit l’âme.

Amadou Lamine MBAYE