Accueil / ECONOMIE / Configuration des territoires: Macky dénonce l’anarchie

Configuration des territoires: Macky dénonce l’anarchie

La correction territoriale, la communalisation universelle, la territorialisation des politiques publiques, entre autres, sont les questions évoquées par le Président de la République hier, lors de la 1ère conférence nationale sur l’Aménagement et l’Attractivité du Territoire, organisé par le Ministère de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du Territoire (MGTDAT). Le président de la République Macky Sall a déclaré que les territoires sont marqués par une anarchie dans leur configuration. Il s’exprimait hier à Diamniadio, lors de la 1ère conférence nationale sur l’Aménagement et l’Attractivité du Territoire. D’après lui, à chaque fois que les élections s’approchent, le pouvoir en place va essayer de faire une répartition selon le positionnement politique des responsables. Ce qui l’a poussé à dire : « Il nous faudra beaucoup de courage pour affronter la nécessaire correction territoriale. Cela ne va pas être facile parce que chacun a une petit part du gâteau qui ne va régler ce problème de faim ni ses ambitions ». Allant plus loin dans ses propos, le chef de l’Etat a fait savoir que les territoires ne sont pas viables, c’est la vérité. Mais, a il faut une analyse scientifique, vigoureuse, objective. C’est pour cela ; dira M. Sall : « j’ai pris l’option résolue de faire de la gouvernance territoriale un pilier essentiel de notre quête d’émergence. Cette option stratégique vise à répondre à six exigences au moins ». Communalisation universelle Pour Macky Sall, il y avait une dichotomie entre les milieux urbain et rural. En ville, on avait les communes d’arrondissement qui ont disparu. En milieu rural, on avait des communautés rurales qui n’avaient pas droit à la revendication sur des questions essentielles. L’objectif de cette communisation universelle, c’est de mettre au même pied tous les maires. A l’en croire, la deuxième phase qui n’est toujours mise en œuvre parce qu’on était proche des élections de 2014, c’est le regroupe des régions en pôles territoires en tenant compte de tout ce qui a été dit sur l’incohérence et sur la complémentarité. C’est ainsi que nous avons des blocs homogènes. Sur ce, il a cité la mise en place du pole Casamance qui regroupe les régions du sud du Sénégal. A cela s’ajoutent le pole Sine-Saloum et le pole Sénégal oriental. Avec trois pôles, huit régions actuelles ont été absorbées. « Il nous reste un casse-tête sénégalais, avec les six autres régions. Dakar, trop importante, toute l’économie nationale, on ne peut pas l’associer à un autre pôle. Dakar devra évoluer en tant que pôle territoire (…). Voilà les termes de l’équation qu’il nous faut résoudre ensemble dans la quiétude, dans l’intérêt du développement territorial et nous sommes du côté des élus pour apporter des réponses », a-t-il indiqué. La territorialisation des politiques publiques En vérité, a souligné le Président de la République, la compétence dévolue est inversement proportionnelle à celle de l’administration municipale. Aujourd’hui, à la tête de nos collectivités, nous avons des cadres académiques, mais aussi politiques, qui les dirigent. C’est un vrai frein. C’est pourquoi, soutient–il : « je salue l’avènement du Programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal (PACASEN), qui devra certainement aider au renforcement des capacités des agents, mais aussi à la promotion de la fonction publique locale ». Selon lui, l’autre aspect de la réforme, c’était la mise en place d’un réseau cohérent d’infrastructures et d’équipements structurels. Concernant la consolidation de « notre » intégration dans l’espace sous régional, le Président Sall a engagé des réformes majeures articulées à d’ambitieux programmes et projets afin d’atténuer la disparité, d’améliorer la gouvernance territoriale, de stimuler le dynamisme économique des territoires. « C’est le sens de l’acte III de la décentralisation qui marque la consolidation de la démocratie locale et la refondation de l’action territoriale de l’Etat », a expliqué le chef de l’Etat. Zachari BADJI

À voir aussi

Affaire huile « J’adore » et « Elita » : La contre-expertise de la Turquie

Les huiles «J’adore» et « Elita » seront bientôt de retour dans les grandes surfaces des supermarchés. …

Robin Gauter, Directeur financier d’Auchan: « Nous avons 1500 CDI »

Les commerçants du Sénégal et les autorités d’Auchan ont rencontré, ce mardi, le ministre du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *