Accueil / International / Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte de nouvelles sanctions contre Pyongyang

Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte de nouvelles sanctions contre Pyongyang

Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté à l’unanimité, lundi soir, de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. Ces sanctions toucheront notamment l’approvisionnement en pétrole et en gaz de Pyongyang.

C’était une décision attendue, mais les Etat Unis ont dû revoir leurs prétentions à la baisse. Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté lundi 11 septembre à l’unanimité une nouvelle résolution de sanctions contre la Corée du Nord, prévoyant notamment des limitations dans son approvisionnement en pétrole et en gaz. Cette huitième série de mesures, soutenue par la Chine et la Russie, les plus proches soutiens de la Corée du Nord, vise à punir ce pays pour son essai nucléaire du 3 septembre.

Pour les États-Unis, le Royaume-Uni, la France ou l’Italie, la résolution adoptée lundi est « très solide », « équilibrée » et permet à l’ONU d’affirmer « unité » et « détermination ». « Nous ne cherchons pas la guerre », a assuré l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, qui avait la semaine dernière assuré que Pyongyang « ne demandait que ça ». Lundi, elle a admis que la Corée du Nord n’avait « pas franchi un point de non-retour ».

Séoul a salué l’adoption de cette résolution, la qualifiant d' »avertissement sévère » pour Pyongyang. « La Corée du Nord doit comprendre que la dénucléarisation est la seule voie lui garantissant sécurité et développement économique », ajoute le gouvernement sud-coréen, dans un communiqué. À Tokyo, le Premier ministre Shinzo Abe a « hautement apprécié » la résolution « rapide » et « forte » qui démontre que « la communauté internationale doit accentuer la pression sur la Corée du Nord à un niveau nouveau et sans précédent » pour qu’elle « change sa politique », selon un communiqué.

Le premier projet de texte américain, rendu public mercredi, était « maximal » sur « absolument tout », selon les termes d’un diplomate. Il prévoyait un embargo total sur le pétrole, les produits pétroliers et le gaz, le renvoi en Corée du Nord de ses expatriés (environ 93 000 selon Washington), le gel des avoirs de Kim Jong-, l’interdiction d’importer du textile nord-coréen et des inspections par la force de navires en haute mer suspectés de violer les résolutions de l’ONU.

Prétentions à la baisse

Pour s’assurer du soutien de la Russie et de la Chine lors du vote, Washington a dû cependant revoir à la baisse ses prétentions et renforcer les paragraphes liés à la recherche d’une solution « pacifique » à la crise. Après plusieurs jours de négociations intensives, l’embargo sur le gaz naturel a été conservé mais pour le pétrole, les ventes seront limitées à 500 000 barils pendant trois mois à partir du 1eroctobre pour passer à 2 millions de barils à partir du 1er janvier pour une période de 12 mois.

À voir aussi

Liban: le président demande à Hariri de suspendre sa démission pour l’instant

De retour de son pays après un périple aussi spectaculaire que mystérieux, de Riyad à …

Poutine réunit les présidents turc et iranien à Sotchi sur le conflit syrien

Un sommet sur la Syrie est organisé à Sotchi, en Russie, ce mercredi 22 novembre, …