ACTUALITE

CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE BAMBEY Après la tête d’Aida Mbodj, celle de Fatou Sène réclamée

  • Date: 1 juillet 2016

Le Conseil départemental de Bambey s’est réuni, ce mardi 28 juin. L’ordre du jour était ainsi libellé : Élection du Président et Questions diverses.

À l’issue de la réunion, comme tout le monde le sait, Fatou Sène du Parti démocratique sénégalais (PDS) a été élue au fauteuil de Président à la place d’Aida Mbodj destituée par le ministre des Collectivités locales, Abdoulaye Diouf Sarr, qui lui a reproché un cumul de plus de trois mandats. On croyait en finir avec la guerre politique à Bambey entre proches d’Aida Mbodj, le Maire, et l’opposition incarnée, là-bas, par les apéristes et leurs alliées du Mouvement pour la Démocratie et la République (MDR) de Pape Diouf pour ne citer que les plus en vue. Que nenni. Eh bien, entre Aida Mbodj et eux, la guerre est entrée dans une seconde phase. Après la destitution de la présidente du Conseil départemental qui fera jurisprudence au Sénégal, l’élection de Fatou Sène n’a pas du tout été appréciée par le camp du pouvoir. En effet, les choses se sont aggravées, ce mardi, même lors de la tenue du Conseil.

Le président de séance, qui se trouve être l’intérimaire Abdou Sène, a cru devoir procéder à la vérification des procurations et ceci avant le quorum. Cet état de fait a créé un incident entre conseillers du Pds majoritaire et ceux de l’opposition. Les travaux ont été, néanmoins, poursuivis et le président de séance a commis une autre faute aux yeux de l’opposition, à savoir annoncer la présence de la remplaçante d’Aida Mbodj. L’opposition n’a pas approuvé le manège au motif que cette démarche n’était pas inscrite à l’ordre du jour de la rencontre d’une part et que d’autre part, son nom figure déjà sur la liste d’appel alors qu’elle n’a jamais été installée.

Elle a, d’ailleurs, souhaité que tous ces « errements » soient inscrits à l’ordre du jour. Toutefois, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est qu’à la suite de son élection, par 39 voix contre 20, Fatou Sène a pris la parole, prononçant les paroles de remerciement d’usage et…levé la séance. Tout le monde semblait pris de court. Car, selon toujours les apristes et leurs alliés du MDR, le second point de l’ordre du jour n’a pas été évoqué. Mieux, la présidente ne devrait pas lever la séance mais plutôt conduire le restant des travaux en procédant à l’élection du Secrétaire élu, poste vacant. C’est sur ces entrefaites que le Préfet et les membres de l’opposition ont quitté la salle.

Les apéristes et leurs alliés du MDR invoquent alors l’article 42 du Code des Collectivités locales qui stipule : « Aussitôt après l’élection du président et sous sa présidence, le Conseil complète son bureau élisant ses deux  vice-présidents et ses deux conseils élus ». Ce qui n’a pas été fait car la présidente s’est empressée de lever la séance. L’autre argument que l’opposition compte soumettre à l’attention de la Justice, c’est que la nouvelle présidente du Conseil départemental ne sait ni lire ni écrire. Or, là aussi, la loi est claire. Elle stipule, en effet, que pour un président de Conseil départemental, il faut savoir lire et écrire. Or, Fatou Sène, matrone de son état, recrutée à la Mairie de Bambey n’aurait même pas le CFEE. L’opposition pense qu’elle n’a pas le profil de l’emploi.

Alors, si tout se passe bien, la Justice devrait être saisie, aujourd’hui même. Et les autorités administratives pourraient aussi être saisies. Toutefois, d’après certaines indiscrétions, le parti au pouvoir, l’Alliance pour la République, incarnée dans la localité par le Ministre Mor Ngom, Me Pape Sène, entre autres, ne seraient plus dans les dispositions de destituer la nouvelle présidente.  Un risque de revirement qui peut s’expliquer par la dynamique de retrouvailles de la grande famille libérale avec, en toile de fond, la libération de Karim Wade et même l’entrisme possible du Pds dans le nouveau gouvernement. Fatou Sène va-t-elle rester à son poste. C’est toute la question que se posent, aujourd’hui, les habitants de Bambey.

Assane Samb

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15