Accueil / ECONOMIE / Conseil présidentiel de l’investissement Macky invite à poursuivre la réflexion sur la fiscalité 

Conseil présidentiel de l’investissement Macky invite à poursuivre la réflexion sur la fiscalité 

Le Chef de l’Etat Macky Sall a présidé, hier, le Conseil présidentiel de l’investissement (CPI), comme annoncé  lors du  conseil des ministres  du 6 novembre 2017. A cette occasion, il a appelé à la poursuite de la réflexion sur la fiscalité.

Le Président de la République, M. Macky Sall, a déclaré qu’il faut poursuivre la réflexion sur la fiscalité afin de la rendre plus simple, plus efficace et plus attractive, mais sans mettre en péril notre équilibre économique. Il trouve même que notre fiscalité est très complexe. Il s’exprimait lors du Conseil présidentiel de l’investissement (CPI) tenu  à Diamniadio, en présence, entre autres, des membres du gouvernement, de représentants du secteur privé et des partenaires techniques et financiers (PTF). A l’en croire, il faut vraiment la simplifier et la rendre plus attractive, plus facile à mettre en œuvre. A cet effet, le chef  de  l’Etat a invité le gouvernement à favoriser l’accès à la commande publique, la concurrence, aux partenariats public-privé et aux opportunités qu’offrent les zones économiques spéciales. Ainsi, il a préconisé : « Nous devrons œuvrer davantage au développement du marché financier et à l’intégration de nouvelles technologies dans notre système productif. Il est impératif de l’intensifier dans les domaines de l’éducation et de la santé pour renforcer notre capital humain, gage de performance ».

Ce conseil présidentiel de l’investissement a constitué un cadre de dialogue direct entre le Président de la République et le secteur privé.  Abondant  dans  le sens du dialogue, le président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES), Mansour Kama, a évoqué l’absence de dialogue entre le secteur privé sénégalais et le Président de la République. Pour lui, c’est son devoir de le dire, le dialogue s’est beaucoup appauvri sans qu’ils ne sachent le pourquoi. « Monsieur le président, le secteur privé estime que « vous » ne dialoguez pas suffisamment avec lui. Votre secteur privé ne demande qu’à dialoguer. Le dialogue avec le secteur privé est aussi intéressant et utile que le dialogue politique. Le secteur privé veut entretenir le dialogue avec le président de la République, en vue d’une meilleure implication des entreprises sénégalaises dans les marchés publics et les grands projets de l’Etat », a-t-il dit.  Pour Mansour Kama, le secteur privé est conscient que le monde en est aux alliances intelligentes, suivant le principe du gagnant-gagnant. Il s’agit simplement pour eux d’alerter et d’attirer l’attention de  l’Etat sur les risques qui naissent de la marginalisation de l’entreprise nationale.

Zachari BADJI avec APS

À voir aussi

Développement économique du Sénégal La jeunesse, une opportunité à saisir

La main d’œuvre jeune, âgée de 15 à 34 ans, va continuer de croitre au  …

Exécution des projets et programmes du Pse Le taux moyen compris entre 68% et 70% dans les régions

La  Plateforme des acteurs non étatique a publié, hier à Dakar, son rapport d’évaluation citoyenne …