Accueil / SOCIETE / CONSEQUENCE DE L’ARRET DE LA STEP DE CAMBERENE La nationale n°1 fermée à la circulation

CONSEQUENCE DE L’ARRET DE LA STEP DE CAMBERENE La nationale n°1 fermée à la circulation

La route nationale n°1, entre le croisement de Cambérène et le rond point de la Patte d’Oie, est fermée à la circulation jusqu’à nouvel ordre. L’information a été donnée par la radio Sud Fm dans le journal parlé en Français de la mi-journée d’hier lundi 12 septembre.

Cette décision fait suite aux problèmes au niveau de la Station de traitement et d’épuration des eaux pluviales (Step) de Cambérène, avec comme corollaire l’envahissement de cette partie de la route, sur plusieurs centaines de mètres, par des eaux usées qui débordent du marigot qui côtoie cette Step. Par conséquence, les automobilistes et autres usagers de cet axe sont obligés de changer d’itinéraires quotidiens, d’emprunter d’autres voies notamment l’autoroute à péage, procédant ainsi à un grand détour pour arriver à destination.

En effet, depuis la dernière semaine du mois de Ramadan, suite aux fortes pluies enregistrées à Dakar et sa banlieue, le marigot est sorti de son lit débordant sur la route nationale à hauteur du pont des HLM Maristes. Cette situation a, pendant plusieurs semaine, causé le ralentissement de la circulation dans les deux sens sur ce tronçon.

Cependant, le phénomène à empiré en fin de semaine dernière lorsque les autorités ont entrepris des travaux surplace. Des camions de gravas sont déversé au niveau de l’espace libéré par les fleuristes déguerpis le mois derniers de l’emprise de la route pour empêcher les eaux d’atteindre la nationale n°1. Seulement, au fur et à mesure que ces travaux avançaient, le volume des eaux usées augmentait, jusqu’à vendredi dernier où, malgré l’isolement total du marigot, elles avaient complètement occupé la route dans les deux sens entre le pont des HLM Maristes et celui de Cambérène.

Ce qui a rendu la circulation infernale aux usagers durant tout le week-end. De nombreux véhicules particuliers et taxis qui ont emprunté ce tronçon s’y sont noyés, obligeant du coup ces automobilistes à descendre dans les eaux infectées et infestées pour pousser leurs voitures. Situation qui est à l’origine d’un embouteillage monstre, immobilisant les véhicules pendant plusieurs dizaines de minutes pour venir à bout de moins d’un km pour regagner le centre-ville ou pour aller dans le sens inverse.

Pendant ce temps, l’Etat peine à s’accorder avec Cambérène qui s’oppose à la construction d’un émissaire dans la localité, sur financement de l’Union Européenne (Ue). Les nombreuses interventions du Premier ministre dont la dernière est la visite de Souleymane Ndéné Ndiaye à Yoff, accompagné de Dominique Dellicour, ambassadrice de l’Ue n’y ont rien fait. Face à cette situation, l’ouverture du péage sur la nouvelle autoroute, prévue le jeudi 08 septembre dernier et reportée à nouvel ordre peut attendre encore.

Sudonline

À voir aussi

Santé mentale : Un jeune sur cinq souffre de troubles mentaux

Un jeune sur cinq souffre de troubles mentaux, et dans la moitié des cas les …

Prise en charge des drogues à Fann : 1200 patients pris en charge tous les jours

1200 patients consommateurs ou dépendant de la drogue sont correctement pris en charge tous les …