Education

Consultation régionale sur le cadre d’action éducation 2030- Adapter l’agenda aux priorités nationales

  • Date: 24 novembre 2015

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a initié hier, lundi 23 novembre, une Consultation régionale et dialogue sur le Cadre d’action Education 2030 pour les pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre avec comme thème: «Vers une éducation inclusive et équitable de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous. En plus d’établir une compréhension commune du nouvel agenda pour l’Education à l’horizon 2030, il s’agira, pour le Sénégal, de contextualiser l’agenda pour l’atteinte des priorités nationales.

Dans le sillage de la déclinaison du 4ème Objectif de développement durable (Odd): «Assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous», la communauté internationale s’est engagée dans la mise en œuvre de l’agenda Education 2030, adopté en 2015 à Incheon (République de Corée). Pour donner la possibilité aux différents pays africains de traduire les objectifs mondiaux en fonction de leurs priorités éducatives, une consultation régionale et dialogue sur le Cadre d’action Education 2030 pour les pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre s’est ouverte hier, lundi 23 novembre.

Placée sous le signe : «Vers une éducation inclusive et équitable de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous», cette rencontre permettra d’établir « une compréhension commune du nouvel agenda pour l’Education 2030, préparer et soutenir sa mise en œuvre ». De ce fait « la coopération régionale devrait miser sur les partenariats existants, les cadres et les mécanismes efficaces et efficients afin d’assurer des possibilités d’éducation égales pour tous ».

Or, « l’efficacité du système éducatif demeure relativement faible lorsque l’on met en rapport, d’une part, les objectifs fixés et, d’autres part, les résultats obtenus en termes d’accès, d’équité, de la qualité des apprentissages, de répartition flux, de gouvernance et d’allocation financière, sans compter la part négative que les grèves occasionnent », a relevé le ministre l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Venu présider la cérémonie d’ouverture, Mary Teuw Niane a estimé que des efforts doivent être consentis sur « l’intégration des jeunes en marge du système», mais aussi « prendre en compte des systèmes de formation qui jusque-là semblaient être informels, notamment les daaras ».

Pour le Professeur Niane, « l’agenda va permettre d’accélérer le processus de la politique de réorientation du système éducatif sénégalais vers les scientifiques, les technologies, les sciences de l’ingénierie, les mathématiques et les formations professionnelles », a-t-il souligné. « Les gouvernements ont la responsabilité première de respecter le droit à l’éducation, d’assurer la gestion et le financement efficace, équitable et efficace de l’éducation pour atteindre les autres Objectifs de développement durable (Odd) », a relevé la directrice du Bureau Unesco Dakar, Ann Thérèse Ndong-Jatta. Pour y arriver, a-t-elle dit, il faut  « opérer des ruptures stratégiques et renforcer nos engagements communs ».

LUTTE CONTRE LE TERRORISME : L’EDUCATION A LA CITOYENNETE PRECONISEE

En marge de la cérémonie d’ouverture des trois jours de consultations régionale et dialogue – les 23, 24 et 25 novembre – sur le Cadre d’action Education 2030 pour les pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’est pronocé sur le terrorisme et a proposé des solutions.

Mary Teuw Niane préconise l’éducation à la citoyenneté pour endiguer les actes terroristes. L’ancien recteur de l’université Gaston Berger de Saint-Louis estime que « l’Education est essentielle dans la lutte contre le terrorisme ». « C’est l’éducation à la citoyenneté, au vivre ensemble pour jeter les bases d’un dialogue entre les populations. Quand on se parle, on respecte l’autre, on peut échanger sur des questions en toute légalité et prendre en considération les différences », a-t-il ajouté.

Sud quotidien

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15