Accueil / ECONOMIE / Contentieux avec la Douane : Oryx accepte de transiger

Contentieux avec la Douane : Oryx accepte de transiger

« Oryx a accepté de transiger et d’ailleurs je dois recevoir son Pdg vendredi prochain ». Ces propos sont ceux du ministre du budget, Hadjibou Soumaré interpellé, hier par un conseiller de la République sur le contentieux Oryx et l’État du Sénégal. Comme pour dire qu’une solution définitive pourrait être trouvée…

Source : Le Matin

Le contentieux qui avait opposé l’État du Sénégal à la société pétrolière Oryx est vieux. Une histoire de sommiers non apurés. Et le montant du manque à gagner parce que la société ne versait pas la TVA sur les produits pétroliers mis sur le marché était évalué à près de 56 milliards de Fcfa. Ce qui avait valu à la société une plainte de la part de la douane sénégalaise. L’arrêt des activités de la société avait d’ailleurs contraint au chômage une centaine de travailleurs d’Oryx et occasionné une dégradation de l’outil de production. De l’avis du ministre du budget, Hadjibou Soumaré qui était l’hôte du Craes, hier, « la société Oryx a accepté de transiger ». ce qui pourrait augurer des lendemains meilleurs.

L’État pourrait souffler un peu avec cette nouvelle donne. Le président directeur général d’Oryx devrait, si l’on en croit toujours le ministre arriver à Dakar. Cette rencontre d’hier a également permis aux conseillers de la République de s’appesantir sur d’autres éléments aussi importants : « La lutte contre la fraude, la contrebande et la contrefaçon » étaient les thèmes de cette rencontre. Selon eux la globalisation, la production de masse, les délocalisations et la multiplication des circuits de distribution, légaux et illégaux, offrent à la fraude la faculté de se développer à grande échelle ruinant ainsi les pans entiers de notre économie. En outre, le thème de cette rencontre s’inscrit, selon les initiateurs dans le cadre d’une réflexion stratégique sur cette question économique qui ne pouvait élucider le problème lancinant des ravages de l’économie clandestine ou souterraine sur nos économies en voie de développement.

Selon Cheikh Hadjibou Soumaré, Ministre délégué chargé du budget « la fraude est une entrave non négligeable au développement durable et soutenu. On ne peut pas lutter efficacement contre la fraude si l’administration ne dispose pas les moyens efficace pour le faire ». Par ailleurs, le conseil note que le phénomène engendre une forte évasion fiscale, favorise une concurrence déloyale avec les industries locales, pose un problème de santé et de sécurité publiques. À cet effet, le ministre a toutefois noté que les moyens d’intervention de la douane et de la police seront bientôt renforcés dans ce domaine.


À voir aussi

L’Afrique, un eldorado prometteur pour les FinTechs

Les startups africaines ont le vent en poupe ! Après une année 2016 record, les investisseurs …

Flux financiers illicites 50 milliards de dollars américains par an échappent à l’Afrique de l’Ouest

L’Afrique est le continent dont l’économie croît le plus rapidement après l’Asie de l’Est, mais …