abdou_mbaye_act__0

CONTRATS PÉTROLIERS Abdoul Mbaye réplique à Ibrahima Sène du Pit

A bon chat bon rat. Le président de l’Alliance Pour la Citoyenneté et le Travail (ACT) n’a pas tardé à réagir à la sortie virulente d’Ibrahima Sène, suite à sa seconde lettre adressée à Macky Sall.

Abdoul Mbaye, à travers le porte-Parole de son parti, a tenu à recadrer Ibrahima Sène du Pit, qui l’a vertement tancé. « Ce que recherchent avant tout Abdoul Mbaye, l’ACT et aujourd’hui l’ensemble de l’opposition regroupée au sein du Front pour la Défense du Sénégal, c’est l’annulation des effets de ces décrets corrompus par de fausses informations, et par conséquent le retour à la Nation sénégalaise des 30% au moins des droits sur les permis aujourd’hui mis entre les mains de Frank Timis », a martelé le porte-parole de l’Act. Et ce dernier d’en rajouter une couche : « Non, M. Ibrahima Sène ! Ces 30% ne doivent pas être donnés à Total. Ils doivent revenir aux Sénégalais qui en disposeront dans une transparence totale. Nous constatons avec regret que vous vous y opposez, préférant un statu quo qui semble faire votre affaire pour mériter votre statut d’allié. C’est triste pour l’histoire du PIT. C’est triste pour l’histoire du Sénégal ».  Mame Khary Diène de renchérir : « Aujourd’hui que constate-t-on au Sénégal ? Certains dirigeants couchés, mais armés de leur pouvoir, qui souhaitent le statu quo et acceptant de spolier le pays de ses ressources naturelles, et le Peuple debout réclamant le retour de ce qui lui revient au profit de la nation et de sa jeunesse ».  « Pour ce qui concerne vos contorsions à la recherche de responsabilités avec le seul souci de sauver qui vous savez, retournez donc prendre des cours de droit en évitant ceux de Ousmane Khouma, estampillés APR Fouta, même si vous vous trouvez du même mauvais côté pour le Sénégal. Dans cette attente, prenez le temps de consulter Wikipédia sur la notion du contreseing en général, et celle d’un décret présidentiel en particulier. Vous y apprendrez beaucoup sur les responsabilités respectives du signataire et du contresignataire », lui recommande-t-elle. « N’oubliez pas non plus de vous former sur la responsabilité pénale puisque nous sommes en présence d’un rapport signé. Et ne faites surtout pas comme Khouma qui a déjà trouvé son coupable présumé (le contresignataire !) pour lui loger une balle dans le pied ». 

M BA

Voir aussi

telechargement-2

FINANCEMENTS DES FEMMES DE L’ÉMERGENCE L’Assemblée nationale adoube Moustapha Diop

  La démarche charrie beaucoup de commentaires de la part de ceux qui y voient …