Accueil / ECONOMIE / Contre la signature des ape la coalition de la société civile s’arc-boute

Contre la signature des ape la coalition de la société civile s’arc-boute

La campagne « Stop APE » menée par la coalition de la société civile du Sénégal composée de plusieurs Ong et organisations syndicales, s’intensifie. A quelque cinq mois de la date butoir du 31 décembre 2007 prévue pour la fin des négociations sur les Accords de partenariat économique(Ape) avec l’Union européenne, le mot d’ordre réitéré, hier, à l’occasion d’une conféence de presse, est le même : « ne pas signer ces accords qui risquent d’hypothéquer l’avenir des pays africains ».
Ragaillardie par l’engagement commun que les syndicats et les organisations paysannes africains viennent d’obtenir à Accra (Ghana) en vue d’utiliser tous les moyens légaux pour éviter aux Etats africains de signer les Accords de partenariat économique(Ape) sous leur forme actuelle, la coalition de la société civile du Sénégal composée entre autres, du Forum Social Sénégalais, de l’UDEN, de l’UNSAS, de la CSA, de PEACE, d’AYCAH, du CNCR, d’ENDA, d’Action Aid, d’Oxfam International, accentue la pression sur les décideurs africains et sénégalais en particulier pour raviver leur conscience relativement au danger que représentent, selon eux, les Ape.

Ce d’autant plus que ce mois de juillet 2007 s’avère « crucial et décisif » quant aux négociations en cours sur les Ape et dont le terme est maintenu par l’Union européenne pour le 31 décembre 2007. La période est d’autant plus critique qu’aux yeux de la coalition en question, la décision finale des ministres quant à la signature ou la non-signature de ces Ape pourrait être prise à l’occasion de la réunion prochaine du Comité ministériel de suivi des négociations qui se tiendra du 16 au 20 juillet 2007. Aussi, la coallition de la société civile du Sénégal qui a refait face, hier, à la presse, ne « demande » ni plus, ni moins aux décideurs de la sous-région, de « suspendre les négociations des textes des APE sous leur forme actuelle et d’exiger une prorogation des délais de négociations, comme demandée par la CEDEAO l’année dernière ».

L’idée ici partagée par la société civile africaine dans son ensemble et répercutée par la CEDEAO, c’est de continuer à mener les négociations avec l’Union européenne tout en parachevant d’abord l’intégration régionale et en mettant en oeuvre la politique agricole commune (Ecowap) avant de parler de signature des Ape. Sous ce rapport, c’est un sentiment d’optimisme qui anime Mignane Diouf du Forum social sénégalais, qui se félicite du soutien de cette position par des pays comme le Burkina, le Nigéria, le Ghana, la Gambie, entre autres pays africains non moins importants « qui ne veulent pas entendre parler de signature des Ape en décembre 2007 », indique-t-il. Selon Babacar Ndao du Fongs( Fédération des organisations non gouvernementales du Sénégal), ce qui est « inacceptable c’est la pression que l’Union européenne met sur nos gouvernements pour les obliger à signer les Ape. »

Alors pression pour pression, celle qu’exerce la coalition de la société civile du Sénégal sur les décideurs ne faiblit pas et une marche est même prévue par celle-ci pour ce 11 juillet 2007, destinée à remettre au Chef de l’Etat et au Parlement sénégalais, un memorandum sur la question.


À voir aussi

L’Afrique, un eldorado prometteur pour les FinTechs

Les startups africaines ont le vent en poupe ! Après une année 2016 record, les investisseurs …

Flux financiers illicites 50 milliards de dollars américains par an échappent à l’Afrique de l’Ouest

L’Afrique est le continent dont l’économie croît le plus rapidement après l’Asie de l’Est, mais …