POLITIQUE

CONVOCATION DE DIAS FILS, AUJOURD’HUI La Jds parle de ‘’complot politico-judiciaire’’

  • Date: 20 octobre 2016

La réouverture du dossier du meurtre de Ndiaga DIOUF par la convocation ce jeudi de l’honorable député Barthélémy DIAS, obéit ‘’tristement’’ à une logique de chantage politico-judiciaire. C’est l’intime conviction de la Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (Jds) qui dénonce un règlement de comptes personnels et politiques.

C’est aujourd’hui que Barthélemy Dias va faire face au juge du Tribunal correctionnel de Dakar, dans l’affaire du meurtre de Ndiaga Diouf. Mais selon la JDS, c’est l’histoire qui bégaie une nouvelle fois comme il est de coutume : ‘’l’instrumentalisation du système judiciaire à des fins bassement politiciennes’’. C’est le constat amer fait par les jeunes socialistes qui soutiennent, dans un communiqué parvenu à notre rédaction, que la réouverture du dossier du meurtre de Ndiaga Diouf par Barthélémy, obéit tristement à une logique de chantage politico-judiciaire. A en croire Babacar Diop et Cie, le pouvoir actuel cherche, à travers l’instrumentalisation de la justice, à appliquer à Dias fils les dispositions suivantes de l’alinéa 7 de l’article 61 de la constitution : « Le député qui fait l’objet d’une condamnation pénale définitive, est radié de la liste des députés de l’Assemblée nationale sur demande du Ministre de la Justice ». En clair, le régime actuel cherche à neutraliser un adversaire politique qui dérange en passant par des moyens peu honorables, ressassent-ils. Par conséquent la Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (JDS) appelle les démocrates de tout bord à faire face au monstre qui avance maintenant sans masque. Nous récusons une justice aux ordres. Notre justice ne mérite point cette ignoble et énième agression ! Le pouvoir judiciaire doit être le dernier rempart de notre démocratie’’, s’esclaffe la Jds, non sans avertir que tous les Sénégalais sont en sursis.

M BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15