ACTUALITE

CONVOQUE, HIER, À LA DIC Le journaliste Mouth Bane finalement libéré

  • Date: 1 mars 2016

La journée a été très longue, hier, pour le journaliste Mouth Bane. Conduit dans les locaux du palais de justice de Dakar, hier matin, pour être auditionné par les éléments de la Brigade des affaires générales, Mouth Bane a été finalement libéré vers les coups de 22 heures. Il a été entendu suite aux propos qu’il avait tenus lors de l’émission « Diné ak Jamano », jeudi dernier, sur Walf TV.
Convoqué à la Division des investigations criminelles (Dic), Mouth Bane a passé la journée d’hier au palais de justice de Dakar plus précisément devant les éléments de la Brigade des affaires générales (BAG). Il a été auditionné suite aux déclarations qu’il avait tenues lors d’une émission et au cours de laquelle il déclarait que : « Le Président Obama était venu au Sénégal en 2013 pour défendre l’homosexualité, pour proposer ça aux autorités sénégalaises. Il était au Sénégal pour ce point et Macky Sall ne peut pas résister à Obama (…) C’est à travers les réformes institutionnelles qu’ils veulent proposer l’homosexualité aux Sénégalais ». En effet, ses propos lui ont valu une convocation par la Dic puis une audition, hier, par les éléments de la BAG. Mouth Bane a été finalement libéré vers les coups de 22 heures. Au sortir de son face-à-face avec les enquêteurs, le journaliste n’a pas fait de déclaration. Il a juste remercié ses souteneurs avant de donner rendez-vous, très prochainement, à ses confrères pour s’exprimer sur la question. De son côté, un de ses avocats, en l’occurrence, Me Amadou Sall a déploré le fait que les droits de son client ont été violés par les limiers. « Ce que je peux dire, c’est que Mouth Bane est convoqué à la Dic et il a été interrogé normalement par la Brigade des affaires générales (Bag). Malheureusement, il y a un problème avec la police et la gendarmerie. Normalement, la loi en vigueur au Sénégal dit que quelqu’un qui est interpellé par la police ou par la gendarmerie peut dès la première heure être assisté par son avocat », a dit la robe noire. Avant de continuer : « Malheureusement, la police comme la gendarmerie refuse d’appliquer la loi. Ce qui fait qu’aujourd’hui, ces deux services sont hors la loi puisqu’ils ont décidé de violer la loi. Cependant, Mouth Bane a fait face aux enquêteurs et nous ne savons pas pourquoi il y est, nous ne savons pas ce qui lui est reproché, nous ne savons pas quelles sont les questions qui lui sont posées, nous ne savons absolument rien de ce qui lui arrive et les raisons pour lesquelles il est là ». Il faut dire que le concerné et ses avocats n’ont pas voulu s’exprimer sur les raisons de sa libération.

Réactions…Réactions…Réactions

Me Amadou Sall : « C’est ridicule tout cela »

« Puisque je n’ai pas envi de spéculer, je dis simplement voilà une situation qui est totalement illégale et ce n’est pas une situation qui est acceptable dans un pays de démocratie. On ne peut pas passer son temps à violer la loi. J’ai suivi cette émission et je ne vois pas quels sont les propos séditieux et c’est la constitution qui nous est proposé au référendum qui prévoit de nouveaux droits. Je ne sais pas quels sont les nouveaux droits (…) Le droit à l’environnement c’est très bien, le mariage pour tous c’est un nouveau droit, est-ce qu’il s’agit de cela ? Personne ne sait. Qu’il s’interroge et qu’il se pose cette question. Nous nous posons cette question. Tous les Sénégalais se posent cette question. Il faut qu’on donne un contenu au nouveau droit. Il s’est posé la question et je ne crois pas, je n’ose pas croire un seul instant qu’il est interrogé pour ces propos-là. Je ne le crois pas parce que ce serait ridicule. »

Sidi Lamine Niasse : « C’est une provocation de venir dans un organe pour demander une chose qu’on peut avoir ailleurs »

« Nous sommes venus pour soutenir le journaliste Mouth Bane mais aussi, pour nous battre pour la liberté d’expression qui est garantie par la constitution par l’article 08. Chaque citoyen a le droit d’exprimer ses idées avec les moyens notamment la voix, la plume et l’image. Cette liberté consacrée par la constitution, ce combat des Sénégalais pour la démocratie, nous n’accepterons jamais qu’il soit entaché pour quelque prétexte que ce soit. M. Bane a été invité à une émission qui avait reçu d’autres personnes et qui avait des sujets précis. M. Bane a dit ce qu’il pensait et il a bien défendu ses idées. L’enregistrement existe déjà sur internet. Il a été diffusé et rediffusé. C’est une provocation de venir dans un organe pour demander une chose qu’on peut avoir ailleurs. Le fait de continuer d’arrêter des journalistes qui disent ce qu’ils pensent c’est aussi une manière de dire qu’il faut vraiment arrêter ces gens qui font leur travail normalement et qui se basent sur la loi. On n’acceptera jamais que notre démocratie soit une démocratie pauvre. »

Cheikh Moussa SARR

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15