Accueil / SOCIETE / COOPÉRATION BELGO-SÉNÉGALAISE:Rufisque ville-pilote

COOPÉRATION BELGO-SÉNÉGALAISE:Rufisque ville-pilote

Dans le cadre du projet d’appui au développement de l’enseignement des sciences et de la technologie, Rufisque a été choisie comme ville-pilote pour abriter la phase test des travaux. Il s’agit d’un financement, fruit de la coopération Belgo-Sénégalaise, en vue de réhabiliter et d’équiper le bloc scientifique et technique du département.
Source le Matin
Dans le cadre du projet d’appui au développement de l’enseignement des sciences et de la technologie, Rufisque a été choisie comme ville-pilote pour abriter la phase test des travaux. Il s’agit d’un financement, fruit de la coopération Belgo-Sénégalaise, en vue de réhabiliter et d’équiper le bloc scientifique et technique du département.

Le choix de cette ville, est pour l’adjoint au maire Khalifa Gassama « une double joie ». C’est à la fois dit-il « une joie parce que c’est une motivation supplémentaire pour la ville de Rufisque qui ne cesse de s’investir dans le domaine de l’éducation, mais surtout parmi les missions naturellement dévolues aux pouvoirs publics, la formation des ressources humaines apparaît comme prioritaire ». C’est pourquoi poursuit-il « nous nous investissons chaque jour d’avantage dans le domaine de l’éducation et de la formation, nonobstant les limites fixées par la loi en matière de transfert de compétences ». A ce titre, d’ailleurs M. Gassama a rappelé la loi 96-07 concernant la décentralisation dont les attributions portant sur la délégation des pouvoirs aux communes, aux régions et aux communautés rurales, limitent les actions aux seules écoles primaires.

En dépit de ces restrictions du point de vue de loi précise M. Gassama « la mairie soutient le secondaire et le supérieur par la prise en charge de frais de scolarité d’élèves et d’étudiants ressortissant de la ville pour un montant de plus de 100 million de fcfa par an ». De même souligne l’adjoint au maire « notre institution a également contribué à hauteur de 30 millions au projet dénommé Education Dakar- Banlieue en partenariat avec l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt publique (Agtip) ». Par ailleurs parmi les critères ayant prévalus au choix de Rufisque comme ville pilote, figure en bonne place l’entretien et le nettoiement de la quasi-totalité des établissements publique de la ville ainsi qu’une base de données fiable fournie par une étude de la commission en charge de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Cela a permis note le maire « une évaluation des besoins en identifiant les priorités dans le secteur de l’éducation ».

Prenant la parole le délégué de la communauté française de Belgique dira qu’ « il n’y a de richesse que d’homme et elle est dans les mains des jeunes, à la condition formelle que l’école prennent en compte cette exigence ». C’est dans ce sens qu’il a demandé aux enseignant d’accepter de se former continuellement, car estime-t-il « le développement des technologies est à un rythme où, ceux qui sont chargés de transmettre les connaissances sont obligés de se remettre sans cesse à l’école pour pouvoir former une ressource humaine de qualité ». Signalons que le bloc scientifique et technique de Rufisque polarise les cinq centres d’enseignements moyens secondaires (Cem) de la ville avec un effectif de plus de 1500 élèves. Un recule de l’enseignement des sciences et techniques a été constaté dans les écoles avec des classes de « terminal S » qui comptent moins de 10 élèves dont une seule fille. Ainsi ce projet devrait permettre de corriger cette tendance.


À voir aussi

Nécrologie : Sadio Mané en deuil !

L’information a été partagée par un des amis du joueur sur Facebook. Sadio Mané et …

Kolda : Une mystérieuse maladie décime le cheptel

Après les fortes intempéries de juin dernier qui ont décimé une partie du cheptel à Linguère, …