Accueil / ACTUALITES / CORNICHE OUEST DE DAKAR : Auto-stoppeuses, à l’aventure !

CORNICHE OUEST DE DAKAR : Auto-stoppeuses, à l’aventure !

Des femmes aux aguets de véhicules, c’est de l’ «auto-stop». Pratique courante aux relents provocateurs qui a cours sur la corniche ouest de Dakar. Véritable chasse aux hommes, certainement riches, le phénomène d’«auto-stop» s’érige en business qui cache mal une maligne formule mise en branle par les femmes décidées à abattre leur cible à bord de rutilantes voitures.Des femmes aux aguets de véhicules, c’est de l’ «auto-stop». Pratique courante aux relents provocateurs qui a cours sur la corniche ouest de Dakar. Véritable chasse aux hommes, certainement riches, le phénomène d’«auto-stop» s’érige en business qui cache mal une maligne formule mise en branle par les femmes décidées à abattre leur cible à bord de rutilantes voitures.

Nous sommes vendredi. Il est dix heures. Un temps matinal. Mais d’une journée qui s’annonce chaude du fait de la forte chaleur que renvoient les rayons solaires dans ce coin délabré, sorte de virage camouflant de l’avenue Cheikh Anta Diop. C’est à l’angle droit en partance pour le centre ville. D’où est partie la route qui débouche sur la corniche. A hauteur de l’Université de Dakar. Sur les lieux, de belles dames au visage grave, ont le regard par moment jeté loin dans l’espoir d’apercevoir un véhicule particulier de prestige. Certaines, la figure masquée dans de grosses lunettes noires ont d’apparence un sourire forcé pour la circonstance, le temps de stopper net un véhicule qui céderait à leur piège. Elles sont comme trop libres, certaines femmes à Dakar. Occupées qu’elles sont à draguer les hommes sur certains axes des voies publiques à l’image de la corniche. Les temps sont durs du fait d’un contexte marqué par la conjoncture économique. Le chômage régnant, toutes sont dans le besoin. Peu de gens aujourd’hui résistent aux tentations de toute sorte. Seulement quand la souffrance devient une réalité au quotidien, la moralité se retrouve au plus bas stade. Et se sont les femmes qui s’y prennent mal. Elles sont nombreuses les belles dames à squatter la corniche. La nuit comme le jour. En panne d’argent, elles ont choisi la facilité comme moyen de survie, se taillant une cible parmi la plus friquée de Dakar : des hommes peut être peu galants mais d’une apparence financière rassurante. Ces hommes aux allures confortables et qui roulent sur du béton avec des véhicules rutilants dont la valeur marchande frise l’incroyable. Plus que le nerf de la guerre, l’argent à Dakar vaut tous les conforts. Il installe les hommes riches dans la grâce de belles dames.
Salamraky

À voir aussi

GO : Soumboulou par ci……

Temps yi mo khew… Soumboulou rek. Même pour ceux qui n’ont pas le temps de …