Accueil / Education / CORRECTION DES EPREUVES DE PHILOSOPHIE- LE CUSEMS EXIGE UNE SUPPRESSION DES BASSINS

CORRECTION DES EPREUVES DE PHILOSOPHIE- LE CUSEMS EXIGE UNE SUPPRESSION DES BASSINS

C’est une levée de boucliers des syndicats d’enseignants sur la méthode utilisée par les autorités pour la correction des épreuves anticipées de Baccalauréat. Après le Saemss-Cusems, c’est au tour du Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen et du secondaire d’exiger la  suppression systématique des bassins de correction qui sont des moyens assurés de dévaloriser le baccalauréat sénégalais.

Le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen et du secondaire exigent une suppression systématique des bassins de correction qui sont des moyens assurés de dévaloriser le prestige international du baccalauréat sénégalais. Les camarades de Abdoulaye Ndoye, Secrétaire général (Sg) du Cusems ont pris cette décision hier, jeudi 25 juin, au terme d’une rencontre avec la Coordination des examinateurs en Philosophie (Cep).
A les en croire, « l’Etat suit une logique marchande et mercantiliste qui consiste à réaliser des économies sur les déplacements ». Selon toujours le communiqué parvenu à notre rédaction, « la mise sur pied de ces bassins installe le risque grandissant de voir les enseignants corriger les copies de leurs propres apprenants ».
Ainsi, le CUSEMS et la Cep exigent que «les collègues soient convoqués dans les jurys pour toute la durée de la session du baccalauréat et non pour le second tour uniquement ». Non sans inviter les autorités à donner plus « de temps aux correcteurs dans la réception des convocations, des ordres de mission et des avances ». Aussi, ajoute-t-il, « que des ordres de mission soient conçus pour tous les correcteurs qui se déplacent pour la concertation de Dakar ».
« Un message fort et solennel a été lancé à tous les collègues : refuser de corriger des centaines de copies en quelques jours », lit-on dans le communiqué sanctionnant la rencontre.
Sud quotidien

Share This:

À voir aussi

Pour la cohésion nationale et l’éducation à la paix : Timbuktu Institute et les élèves de Kaolack « en marche »

 « L’implication de la communauté éducative et des leaders religieux, dans le cadre d’une démarche inclusive, …