Accueil / ECONOMIE / Cosec: Les chargeurs à l’école de  la technique managériale

Cosec: Les chargeurs à l’école de  la technique managériale

Le  Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC) a tenu un atelier de restitution et de validation des tournées nationales et d’identification des besoins des acteurs économiques dans les pôles territoires. L’objectif est de former des chargeurs et opérateurs économiques territoriaux afin de contribuer à rendre les unités de production, de formation et de commercialisation performante.

Suite à leur tournée nationale, le Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC) a fait le constat du besoin d’assistance accru de proximité des acteurs économiques territoriaux pour la valorisation et la promotion du Label « Made in Sénégal ».  Un besoin qui se manifeste par la formalisation, la formation en renforcement des capacités, le financement et la technique managériale. C’est en ce sens, que le COSEC compte mettre en place une stratégie d’accompagnement des petites entreprises en vue de l’identification des filières porteuses de croissance au sein de chacun des cinq pôles de croissance économique. Selon le directeur général du Cosec,  Mamadou Ndione, il s’agira en termes de renforcements techniques de capacités de production et de commercialisation des produits et de services dans les foires et les salons, mais également de concevoir la stratégie de mise en place de pré-clusters. « Suite aux mutations à la segmentation accrue des marchés et à la rude concurrence internationale, la structuration des filières de même  localité autour d’un même produit et entre même acteurs économiques parait indispensable », dit-il. Et de renchérir: « Dans ce contexte, il apparait opportun de définir une stratégie de modernisation des unités  de productions, de technique de commercialisation dans toute la chaine de valeurs des filières qui constituerons l’axe majeur de la promotion économique durable et inclusif des différentes zones ».

La tournée effectuée en 2018 dans les 14 régions a permis au Cosec  d’aller à la rencontre des chambres consulaires pour  recueillir des informations. «Il s’agit pour cette rencontre  d’avantage accompagner les structures à la base. «  Il nous faut  s’accorder sur les grandes lignes en terme terme de renforcement de capacité, de formalisation et de formations des acteurs à la base car  l’enjeu est au niveau des productions », fait-il savoir. A l’en croire, beaucoup de choses ont été faites mais il reste de mieux organsiner les acteurs, faire les zonages pour une meilleure rationalisation. Il est hors de question que les régions concurrencent  sur les segments de productions. Nous avons procéder à l’organisation au Sénégal en zones de production pour que nous puissions aider les établissements publics à mieux rationnaliser leur mode d’intervention au profit des modes d’action », dit-il.  De son avis,  il ya beaucoup structures qui œuvrent dans la rationalisation pour aider à la prise de mesures administratives. « On produit au Sénégal beaucoup tonnes d’ognon et de pomme de terre mais le défi reste la conservation et également la transformation, le Cosec ne peut pas tout faire mais peut intervenir sur les segments pour aider les acteurs dans le stockage  et la transformation », indique-t-il

Ngoya NDIAYE

 

À voir aussi

Guerre commerciale au Nord: Les BRIC, la nouvelle alternative pour l’ Afrique de l’Ouest

 Il y a un an, les pays du Bric (Chine, Russie, Brésil, Inde) s’ étaient …

Légère dégradation du climat des affaires au Sénégal

Le climat des affaires s’est dégradé de 0,8 point, en variation mensuelle au mois d’avril …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.